Depeche Mode – Delta Machine

Né à l'aube des eighties, le trio parvient encore à se réinventer avec le magistral "Delta Machine".

821337

Une claque! Il n’y a pas d’autre mot qui nous vient à l’esprit après avoir écouté ce treizième album de Depeche Mode.

Croisant les guitares blues de Martin Gore et les nouveaux sons du futur, "Delta Machine" est un disque contemporain, inventif, troublant, apaisant dans ses tonalités mais d’une rare profondeur dans son propos, parfaitement en phase avec le questionnement de notre époque.

Et comme si cela ne suffisait déjà pas à notre bonheur, Dave Gahan se surpasse tant dans son chant aérien que dans l’écriture. Il signe pas moins de cinq chansons de l’album (qui en compte dix-sept dans sa version "deluxe") et, preuve d’une complicité apaisée avec son frère ennemi, il signe pour la première fois un morceau (Long Time Lie)avec Martin Gore.

Le titre de l’album résume parfaitement l’ambition d’un groupe qui, avec cent millions de disques vendus et 50 chansons classées dans le top 10, n’a pourtant plus rien à prouver. Depeche Mode, "Delta Machine". Les mêmes initiales, mais plus encore. Le delta, c’est celui du Mississippi, la nature, le blues authentique et organique.

La machine, c’est la technologie, l’électro, le futur et les beats digitaux. "Je ne veux pas crier partout qu’on a fait un disque de blues,explique Martin Gore. Mais je dirais que nous donnons avec "Delta Machine" notre propre version du blues."

"La partie "machine" c’est ce que nous avons toujours fait pour que notre son évolue, poursuit Dave Gahan. Et le delta, c’est pour rappeler que le blues a profondément inspiré notre écriture. Led Zeppelin a été influencé par le blues et l’a accéléré. Les Rolling Stones l’ont rendu plus cool et nous on l’emmène encore dans une autre direction."

"Delta Machine" est insidieux et captivant dans ses trouvailles sonores, ses changements de rythme discrets mais incessants et ses guitares entêtantes qui viennent se lover dans les nappes synthétiques.

Qu’elles soient signées Gore ou Gahan, les chansons évoquent la solitude, le péché, le pardon, la mort, le doute. Les protagonistes d’Angel,de Heaven,des magnifiques Secret To The End, Alone, Soothe My Soul ou Goodbye sont tous au bord de la rupture et à la recherche d’une aide spirituelle pour trouver le salut de leur âme. Du grand Depeche Mode. On en reparle très vite avec un face-à-face exclusif avec Martin Gore. C’est pas beau, ça?

Le 7/7 à Rock Werchter.

Découverte en exclusivité radio de l’album sur Classic 21 jusqu’au 22/3 et interview dans le Morning Club de Classic 21 du 25 au 29/3.

Depeche Mode
Delta Machine
Sony

Sur le même sujet
Plus d'actualité