De bon matin

Avec son faciès de Droopy, Jean-Pierre Darroussin possède tous les atouts pour exceller dans ce rôle d’employé de banque dépressif qui descend deux de ses collègues.

134422

Mais cette réussite ne repose pas que sur lui. On signalera aussi une utilisation parfaite du flash-back: le film s’ouvre sur une double crime et remonte ensuite aux origines du drame. Le tout se déroule à un rythme sans faux-pas dans cet aller simple vers la déchéance.

Un peu comme dans Chute Libre avec Michael Douglas. Sans oublier un rapport direct avec l’actuelle faillite du système bancaire. Puisque cet anti-héros, fragile mais déterminé, fait lui-même les frais d’un système qui ne vise plus que le profit, aux dépens de l’humain. De bon matin constitue donc l’occasion pour Moutout, cinéaste du chardon qui pique, de continuer brillamment son exploration des rapports (in)humains au boulot entamée en 2003 avec Violence des échanges en milieu tempéré.

Voir les salles où est programmé ce film;

De bon matin
Réalisé par Jean-Marc Moutout (2011). Avec Jean-Pierre Darroussin, Valérie Dréville, Xavier Beauvois – 91’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité