Dans la tête de Danny Boyle

L'amoureux des causes perdues raconte ses projets dingues. Balade (d)étonnante de Trainspotting à Frankenstein.

20151

Le nouveau film sensation

 « 127 Heures n’est pas un simple film d’aventures. Il décrit certes la manière dont un jeune homme se sort d’une situation périlleuse – son bras est coincé sous un rocher alors qu’il pratique la spéléo -, mais je le définirais plutôt comme un récit à portée presque philosophique, expliquant combien la vie est précieuse, surtout quand on la partage avec des proches. C’est l’essence même de 127 Heures: montrer que même dans les moments où l’on se sent le plus isolé, c’est toujours notre rapport aux autres qui nous aide à sortir des situations les plus scabreuses. D’une manière générale, il faut croire que j’adore les gens qui n’ont a priori aucune chance de s’en sortir à la base puisque La plage, Slumdog Millionaire ou 127 Heures partagent tous la même préoccupation. »

La déferlante Slumdog Millionaire

 « Personne n’est préparé à un tel succès. Huit oscars, des dizaines d’autres récompenses, des gains financiers inimaginables pour moi qui viens d’un milieu modeste… De même que les polémiques qui naissent inévitablement de ce genre de raz-de-marée. Une certaine presse m’a traité d’esclavagiste car j’ai été tourner en Inde pour, prétendument, exploiter la main-d’œuvre locale à moindre prix. Moi, je voulais juste que mon film soit le plus réaliste possible. C’est sans doute pour ne plus revivre ça qu’inconsciemment, je n’ai pas voulu « hollywoodiser » 127 Heures. C’est-à-dire le niveler pour ne choquer personne. Comme un Star Wars où l’on réussit à détruire une planète entière de tellement loin que le calvaire de ses habitants ne passe pas à l’écran. Ici, on suit la souffrance en gros plan. »

La comédie musicale monstrueuse

 « Je vais adapter Frankenstein en comédie musicale, en me basant sur le bouquin originel, au contraire de tous les films tirés de rééditions plus ou moins modifiées. Le livre fondateur raconte la saga du point de vue de Frankenstein lui-même, ce qui donne plus de profondeur au récit et appelle de nouvelles questions. »

Les J.O. de 2012

 « Je suis maître de cérémonie de l’ouverture des Jeux olympiques de Londres en 2012. Je vais essayer d’imaginer un spectacle qui marquera l’histoire de l’olympisme tout en me démarquant de ce que certains autres pays ont fait récemment. Je vois quelque chose de très moderne, voire de carrément rock’n’roll. »

La suite de Trainspotting

 « La bonne nouvelle, c’est que je dispose enfin d’un scénario. La moins bonne, c’est qu’il s’agit d’un premier jet pas totalement satisfaisant. Cette suite se basera toujours sur un roman d’Irvine Welsh – en l’occurrence Porno – mais prendra plus de libertés avec le matériau de base que ne l’avait fait Trainspotting. Pour une raison simple: le bouquin Trainspotting est un chef-d’œuvre, alors que Porno ne l’est absolument pas. Dès que j’aurai finalisé le script, je prendrai la température auprès de tous les acteurs originaux. »

Le meilleur ennemi

 « La prestation d’Ewan McGregor dans Trainspotting m’avait complètement bluffé. A l’époque, nous sommes devenus des amis très proches. Cependant, je n’ai jamais confondu le privé et le professionnel. Et quand je lui ai préféré Leonardo DiCaprio pour La plage (2000), il l’a très mal pris. Mais nous nous sommes revus depuis et les choses se sont apaisées. Je ne désespère pas de t

Sur le même sujet
Plus d'actualité