Complément d’enquête: Les dictateurs

Sale hiver pour les dictateurs. Ben Ali (photo), acculé à abandonner "sa" Tunisie, a dû trouver refuge dans un palais de Djeddah en Arabie Saoudite. Et à l'heure d'imprimer ces pages, Hosni Moubarak a le couteau du peuple sur la gorge.

1117

Sale hiver pour les dictateurs. Ben Ali (photo), acculé à abandonner « sa » Tunisie, a dû trouver refuge dans un palais de Djeddah en Arabie Saoudite. Et à l’heure d’imprimer ces pages, Hosni Moubarak a le couteau du peuple sur la gorge.

L’onde de choc égyptienne menacerait même les jours paisibles de quelques autres régimes durs du monde arabo-musulman. Pendant ce temps, les pays occidentaux s’escriment à retourner leurs vestes après avoir inlassablement soutenu Moubarak et Ben Ali. Complément d’enquête traque quelques magouilles de haute volée entre la France, pays des Droits de l’homme, et ses dictateurs privilégiés.

Ben Ali, les bonnes affaires du gendre piste la fortune louche de Sakher el Materi, gendre du président tunisien déchu. Perçu, avant la chute du régime, comme successeur potentiel de Ben Ali, Sakher el Materi a amassé en cinq ou six ans une fortune colossale dans la finance, les médias et l’immobilier, notamment en France.

Dans un autre style, Jean-Claude Duvalier, l’ancien dictateur haïtien est parvenu à fuir à la Côte d’Azur en 1986 (sans avoir obtenu l’asile politique) avec 900 millions de dollars puisés dans les caisses de l’Etat. De quelles complicités Baby Doc a-t-il bénéficié pour rester 25 ans dans ce pays (il est revenu en Haïti, pour d’obscures raisons, en janvier) sans statut?, s’interroge le reportage Baby Doc, un voisin très discret, avant de laisser place à un ultime sujet sur un cas d’école, Jean-Bédel Bokassa, le dictateur qui se prenait pour Napoléon. – Q.N.

14 février: 22h10 FRANCE 2 Complément d’enquête: Les dictateurs

Sur le même sujet
Plus d'actualité