Compétition. Foxcatcher de Bennett Miller

Dans la série "tout est possible". Et si c'était Steve Carrell, muse des films de Judd Apatow (40 ans toujours puceau) qui ramassait le Prix d'interprétation masculine? Et bien à ce point de la compétition, nous ne serions pas surpris. On explique pourquoi?

1105406

Non seulement Fox Catcher est l'un des films les plus attendus du festival. Mais mieux encore, c'est surtout une réussite totale. Malsain jusqu'au bout des ongles, le film de Bennett Miller (Capote, Le Stratège avec Brad Pitt et Jonah Hill) raconte l'histoire vraie de Mark Schultz, un jeune lutteur (oui la lutte est ici faite terriblement cinématographique) qui remporta une médaille d'or aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984. Mais resta toujours dominé. Par son frère notamment (malgré ce dernier d'ailleurs, qui était plus vif, plus doué encore, plus intelligent et somme). mais surtout par un généreux donateur multimillionnaire qui s'improvisa coach de l'équipe nationale (rebaptisée Fox Catcher), un certain John DuPont. Qui s'avérera finalement être surtout un grand malade en manque de reconnaissance. De ses semblables bien sur. Et surtout de sa propre mère. Va alors débuter une guerre de pouvoir, d'ascendant pris sur l'autre. Qui ménera au meurtre du frère de Mark…
 
Malsain, tendu, diablement efficace, Foxcatcher est un énorme coup de coeur du festival (peut-être le film le film le plus applaudi en fin de séance ici…) qui délivre surtout trois grandes prestations d'acteur. Channing Tatum (Mark) signe ici le plus beau rôle de sa carrière en mec costaud qui ne parvient pourtant pas à porter grand chose sur ses épaules. Mark Ruffalo qui hérite du rôle le plus ambigu et compliqué du film et s'en sort à merveille. Et enfin Steve Carrell (de The Office version US) qui livre ici un rôle tragique et pathétique qui ouvre tout simplement un nouveau pan à sa carrière. Franchement, on le croyait incapable d'une telle prouesse d'acteur. Chapeau… Et Palme?

Sur le même sujet
Plus d'actualité