Comment se débarrasser des gens du voyage?

Quatre moyens débiles utilisés par des élus pour garder les Roms à distance...

1364819

1.  Avec de la techno. C'est la technique qui avait été utilisée l'an dernier par un bourgmestre de Landen, pour évacuer un camp installé sur le territoire de la commune. Un DJ local et sa sono de 14.000 watts avaient été recrutés pour diffuser de la techno à plein volume.

2. Avec de la boue. C'est l'option choisie par un maire français des environs de Lille en avril dernier: déverser de la boue sur une partie d'un terrain occupé par des gens du voyage pour que leur campement ne puisse pas s'étendre, et bloquer leurs caravanes avant expulsion.

3. Avec de subtiles allusions. C'est la méthode pratiquée par le député maire de Cholet, Gilles Bourdouleix. En 2013, il déclarait devant une communauté de gens du voyage: "Comme quoi, Hitler n'en a peut-être pas tué assez." Pour ces propos, l'homme a été exclu de son parti, le relativement centriste UDI.

4. Avec un mur. C'est la dernière idée en date, relevée par la DH. Une palissade de béton de 2,5 mètres de haut pour séparer Mouscron d'une aire de gens du voyage qui va être installée juste de l'autre côté de la frontière, à Watreloos. D'après Alfred Gadenne, le bourgmestre CDH de Mouscron, non pas pour cacher ces gens mais pour jouir d'un dispositif plus sécurisant…

Sur le même sujet
Plus d'actualité