Cloclo: machine à aimer, machine à vendre

Adoré et détesté, il revient dans un biopic officiel qui confirme pourtant sa mauvaise réputation. Manager psychotyrannique et Narcisse du temps du hit-parade. Radiographie.

324957

Archétype du chanteur à filles, il avait fait des fans un moteur essentiel à la bonne marche du business.

Historiquement, c'est Frank Sinatra et, en Europe, Luis Mariano, qui inventent le "chanteur à minettes", important la sexualité moderne dans le showbiz. Pourtant, Claude François reste l'un des grands fétiches érotiques sur lequel deux générations de femmes ont transféré leurs fantasmes. Le chanteur avait d'ailleurs intégré cette notion dans la construction de son personnage – Claude François, produit à vendre, sorte de sex-toy vivant, à l'attention de consommatrices étourdies de sensations physiques. Il avait placé sur l'échiquier de son entreprise les réseaux d'admiratrices comme relais d'informations – la fan comme média ambulant.

Ses fan-clubs sont toujours très vivaces en Belgique. Le plus réputé, Magnolias For Claude, reste un lieu très respecté par celles qui alimentent la flamme du souvenir de celui qu'elles appellent par son prénom. On s'en doute, leur jugement sur le film sera sans appel…

"Les fan-clubs n'ont pas encore vu le film, mais je les redoute, explique Claude François Jr, car eux, ils voudraient que l'on fasse l'hagiographie. Ils ont une influence d'autant plus importante qu'ils sont très actifs sur Internet." Et lorsqu'on avoue à Jeanine Verstraeten, présidente de Magnolias For Claude, que le film, en effet, montre un Claude François peu à son avantage humainement, elle rétorque: "Qu'il était colérique, tout le monde le sait! Il engueulait ses danseuses mais le lendemain, il s'excusait. En revanche, je ne peux pas croire ce qu'on m'a raconté à propos du fait qu'il tapait sur ses femmes. J'étais une grande amie de Choufa, la maman de Claude, et elle ne m'a jamais rien confié de tel".

En permanence dans le décor du film, ses fans étaient postées partout et menaient la garde sur la vie de Claude François qui organisait lui-même le va-et-vient des filles. De l'entrée de ses bureaux à la porte de son appartement, en passant par les coulisses de ses spectacles.

Des shows dont il avait calibré son entrée en scène comme une détonation atomique, orgasme de sons et de lumières qui survenait après deux heures de surchauffe durant lesquelles défilaient les poulains de l'écurie Flêche – les Flêchettes, Patrick Topaloff, Alain Chamfort! "Sa sexualité, on la connaissait,explique son fils, même si, aujourd'hui, ça peut paraître tabou. Il le dit dans le film: "C'est marrant, quand je demande à une fille quel âge elle a, elle a toujours 18 ans". Parce qu'elles ne disaient pas leur vrai âge évidemment…"

Secrétaire de Magnolias For Claude, célèbre pour avoir financé et érigé une statue de Claude François installée sur la tombe de l'idole, Arlette est "curieuse de voir le film", trouve que "Jérémie Renier est bon acteur" mais pense aussi que les scènes exhibant le caractère sombre du chanteur étaient inévitables.

"On le sait très bien, il avait un caractère difficile, personne n'est parfait", coupe-t-elle. Voilà qui est dit. Même si l'on ne parle pas d'imposture ou de blasphème (même si on pourrait car prendre la place d'un dieu est toujours risqué), le verdict des fans est attendu et redouté. Jusqu'à présent, on se contente de rester dans les généralités comme Jeanine Verstraeten qui conclut: "Je ne connaissais pas Jérémie Renier, j'ai vu la bande de lancement et je trouve que ça va… Mais bon, ça ne sera jamais Claude!" Restons sérieux.

Retrouvez également l'interview de Jérémie Rénier dans le Moustique de ce 7 mars.

Sur le même sujet
Plus d'actualité