Chimène Badi: « Que ceux qui pensent que j’en fais trop enlèvent leurs œillères »

Recalée dans la version française de The Voice, la chanteuse française ne regrette pas du tout son expérience belge. Elle se donne même à 100 %.

1321755

Hypersensible, Chimène Badi est le cœur d’artichaut de la saison. Compréhensive mais exigeante, celle qui a déjà vécu à ses débuts la pression d’un télé-crochet se sent terriblement proche de ses talents. Au point qu’elle a hâte de pouvoir monter sur scène avec eux: "Depuis que je les vois chanter j’ai encore plus envie de chanter moi-même". Encore faut-il que ses poulains sortent du lot.

Quel bilan dressez-vous de votre expérience à mi-parcours?

Chimène – Pour l’instant, c’est un peu l’ascenseur émotionnel. Il y a de belles rencontres avec des belles voix, des coups de cœur mais en même temps des moments de déchirure. Cela m’apprend énormément sur moi-même. Ça m’intéresse de partager ce que je connais, ce que j’ai appris depuis que je fais ce métier.

Déçue de ne pas être dans The Voice France?

Chimène – Pas du tout! Je trouve ça très gratifiant et je suis ravie d’être ici parmi vous en Belgique. C’est aussi un moyen de découvrir un autre public. Et puisque je fais partie de la version belge, j’ai tendance à être un peu plus curieuse et à vouloir voir comment ça se passe ailleurs… Donc, dès que j’ai l’occasion, je regarde The Voice France pour voir le niveau. C’est juste de la curiosité.

Pas trop difficile de gérer l’aventure et la sortie imminente de votre album?

Chimène – C’est un peu compliqué parce qu’il faut avoir la tête un petit peu dans tout. Il faut savoir que les coachs sont hyper-impliqués dans The Voice, ici, en Belgique. On travaille vraiment beaucoup avec nos talents. Donc forcément, avec un album qui se prépare à côté, ce n’est pas simple. On travaille jour et nuit et on fait en sorte de trouver des solutions. Mais c’est gérable, j’ai l’habitude, ça fait un bon moment que je fais ce métier.

Vos talents vous font-ils penser à vous à l’époque où vous étiez candidate dans le télé-crochet Popstar?

Chimène – Oui, je me reconnais dans une ou deux en Chimène débutante. Un peu timide, sur la réserve, genre "excusez-moi d’exister". J’ai deux talents qui ont cette force et cette fragilité mélangées.

Comme vous avez fait ce genre d’émission, vous pensez mieux comprendre vos talents?

Chimène – Je ne pense pas mieux les comprendre que les autres coachs, mais le fait d’avoir vécu la même chose me rapproche de mes talents. Je sais ce que c’est, la pression d’être choisi par un professionnel, d’avoir à prouver ce dont on est capable, d’évoluer sous des caméras, d’être propulsée en pleine lumière comme ça du jour au lendemain sans être forcément bien dans ses pompes… Donc oui, cela me rapproche de mes talents parce que je peux aussi les rassurer par rapport à ça.

Quel genre de coach êtes-vous?

Chimène – J’ai un côté très maternel, j’aime bien les protéger, mes petits talents. Je n’aime pas les brusquer, mais en même temps je suis quelqu’un de très exigeant. Je veux qu’ils se dépassent. Il m’arrive parfois de les pousser dans leurs retranchements, avec toujours beaucoup de respect évidemment parce qu’il m’est arrivé à mes débuts qu’on ne me respecte pas et que l’on me fasse du mal. Donc ça, c’est quelque chose contre lequel je me bats et avec lequel je ne suis pas d’accord. Je préserve mes talents tout en veillant à les remuer pour qu’ils livrent ce que j’attends d’eux.

Certains vous considèrent comme une grande sœur…

Chimène – Oui, et ça me va bien. Je suis la grande sœur de mon petit frère et de ma petite sœur, donc quelque part ça ne change pas avec mes talents. Je pense en effet que nous avons cette relation-là. Une grande sœur qui veut les protéger mais en même temps leur donner toutes les armes nécessaires pour se défendre.

Vous avez pleuré après le duel d’Antoine et Oussmane. Pourquoi tant d’émotions?

Chimène – Je suis quelqu’un de très vrai qui ne triche pas. La sincérité, c’est ce que l’on voit le plus chez moi. J’ai aimé ce qu’Antoine et Oussmane m’ont livré pendant les workshops, j’ai aimé le fait qu’ils arrivent à appliquer les conseils que je leur ai donnés. Je me suis attachée à eux, à leurs personnalités. Au côté très fun et sympathique d’Antoine et à la générosité et au côté chaleureux de Oussmane. Ça ne se calcule pas. Je suis un être humain, ce sont des jeunes qui ont envie de réaliser leur rêve. Comment vous voulez que je ne m’attache pas à eux? Impossible.

Quitte à paraître un peu too much…

Chimène – Si ça paraît too much, c’est parce que les gens n’ont pas l’intelligence de se dire que j’ai un cœur et que j’ai le droit de pleurer parce que je suis triste. Après, je ne pleure pas tout le temps et j’arrive à prendre des décisions en restant très forte et solide. Si les gens pensent que j’en fais trop, ils devraient enlever leurs œillères, tout simplement.

Marie-Eve, candidate face à Khalil pour son duo, est sortie du jeu en colère. Vous comprenez sa réaction?

Chimène – Je comprends surtout que quand on est dans un état de déception comme l’était Marie-Eve, ça nous arrange de croire certaines choses. C’est plus facile de se dire "c’est truqué" plutôt que "ce n’est pas fait pour moi". On me pose souvent la question de savoir si c’est bidonné, mais c’est loin d’être le cas, tout est fait pour laisser place à l’émotion, à la vérité, au naturel et à la spontanéité. A la place de Jali, j’aurais aussi choisi Khalil, qui certes a fait une moins bonne prestation mais a un grain de voix beaucoup plus intéressant, plus atypique et on est dans une émission qui s’appelle The Voice… Je peux comprendre que Marie-Eve soit en colère et déçue, mais je lui conseillerais d’être honnête envers elle-même plutôt que de se voiler la face.

De quoi avez-vous envie pour les Live?

Chimène – Que mes talents montrent ce dont ils sont capables, qu’ils s’éclatent et s’amusent. Gagner, c’est la cerise sur le gâteau, plus pour eux que pour moi d’ailleurs, car, personnellement, qu’un de mes talents gagne ou perde, moi j’ai ma carrière et mon album qui va sortir, donc rien ne s’arrêtera pour moi. Ce que j’espère, c’est que mes talents, au sortir de cette aventure, aient vécu un beau moment et n’aient aucun regret. J’attends du show, de l’émotion, des performances vocales, de la musique!

Sur le même sujet
Plus d'actualité