Charlize Theron: Elle a tout d’une grande

Trois ans d'absence, puis trois films d'un coup. La belle revient asseoir son statut de star. Pas un caprice, non... Un plan de carrière.

334194

Charlize Theron est un modèle d’espoir. La preuve que l’on peut avoir une enfance de merde et pourtant devenir une princesse hollywoodienne. Bon, il faut bien avouer qu’un physique comme le sien, ça aide. Mais ne limitons surtout pas la jolie Charlize à son mètre septante-cinq et ses mensurations insultantes. Car voilà une actrice qui, plus que d’autres, a fait preuve d’un acharnement sans mesure.

Absente des plateaux depuis trois ans (le très beau mais déprimant La route avec Viggo Mortensen), Charlize a refait irruption dans nos vies à travers la publicité du nouveau parfum de Dior: J’adore. Dans cette vidéo, dont la version intégrale d’une minute trente est disponible sur le Net, Jean-Jacques Annaud la filme au milieu de mannequins mais aussi de trois femmes qui ont marqué le siècle dernier de leur beauté (Grace Kelly, Marilyn Monroe et Marlene Dietrich). Aujourd’hui, en 2012, c’est Charlize Theron qui s’élance sur le catwalk et attire les flashes des journalistes. C’est comme ça. Sans qu’on ne l’ait vraiment vue venir, intelligemment, calmement, lentement, elle est devenue l’une des plus grandes actrices de Hollywood. Une égérie, une star incontournable.

Un drame familial

Et pourtant, Charlize n’était pas destinée à un avenir radieux. Née en 1975 dans une famille de la middle class sud-africaine, son enfance fut marquée par un drame familial. Le 21 juin 1991, alors qu’elle n’a que seize ans, son père alcoolique et violent est abattu par sa mère. Le tribunal se prononça en faveur de la légitime défense et ne retint aucune charge contre la maman de Charlize. Mais il fallait désormais s’inventer une nouvelle vie. Et Charlize partit pour New York afin d’intégrer la Joffrey Ballet School. Sauf que, très vite, une blessure au genou vint définitivement clore ses rêves de danse. Décidément…

La jeune fille n’étant pas du genre à baisser les bras, elle s’envole alors pour Los Angeles avec un nouveau défi en tête: devenir actrice. Vivant du mannequinat, elle décroche petit à petit ses premiers rôles: That Thing You Do, L’associé du diable, Celebrity, Mon ami Joe. C’est en 2000 que les choses s’emballent avec deux rôles qui marquent la critique: L’œuvre de Dieu, la part du diable de Lasse Hallström et The Yards de James Gray. Charlize bosse mais doit encore constamment se battre contre son statut de belle plante. Plus pour longtemps.

C’est durant le tournage de Braquage à l’italienne qu’elle reçoit le scénario du film qui changera sa carrière: Monster. "D’habitude, je ne lis rien lorsque je tourne pour rester concentrée, mais devant l’insistance de mon agent, j’ai fini par céder. Une fois la lecture terminée, j’ai tout de suite su que j’allais m’engager dans le projet." Tellement d’ailleurs qu’elle devient 
 coproductrice du film. Avec ce rôle de composition dont raffole le public américain (elle grossit de quinze kilos pour interpréter Aileen Wuornos, une prostituée qui commit six meurtres à la fin des années quatre-vingt et fut considérée comme la première tueuse en série des Etats-Unis), Charlize rafle le Golden Globe et l’Oscar de la meilleure actrice.

Le bon moment

Vient alors l’heure de la confirmation. De films à vocation d’auteur (L’affaire Josey Aimes, Dans la vallée d’Elah) à quelques blockbusters (Hancock, Aeon Flux) censés établir une bonne fois pour toutes sa notoriété et payer la villa de Beverly Hills que toute star se doit de posséder, Charlize ne trouve pas le bon film. Alors, pour ne pas s’enfoncer, elle décide de ne plus tourner. De faire un pas de côté et d’attendre le bon moment. "Je n’ai pas peur d’être oubliée, j’ai même envie que l’on m’oublie, confiait-elle récemment au magazine Première. Si les gens peuvent suivre vos faits et gestes au quotidien, comment voulez-vous les faire asseoir dans une salle obscure et les persuader que la personne sur l’écran n’est pas celle qu’ils voient tous les jours dans les médias? Disparaître des radars de temps en temps facilite mon travail. C’est un luxe énorme dont j’ai parfaitement conscience."

Mais la revoici aux affaires avec trois films événements. Le premier, qui sort aujourd’hui, est Young Adult de Jason Reitman à qui l’on doit notamment Juno et In The Air (notre coup de cœur de la semaine). Le deuxième sera Prometheus de Ridley Scott (sortie le 30 mai). Et enfin Blanche-Neige et le chasseur, une relecture du conte des frères Grimm dans lequel le chasseur censé tuer Blanche-Neige va s’acoquiner avec elle et renverser la vilaine sorcière (sortie annoncée pour le 30 juin). Ensuite, Charlize partira sur le tournage de Fury Road (le quatrième Mad Max). Elle a tout d’une grande.

Sur le même sujet
Plus d'actualité