Channel Zero: retour en enfer

La formation métal belge rompt un silence de quatorze ans. Et ça fait du bien.

36884

Une voix hurlante mais qui reste toujours mélodique. Une section rythmique jouant une ode à la folie, des riffs de guitare balancés comme autant de décharges électriques. C'est le Channel Zero de la grande époque que nous retrouvons sur "Feed'Em With A Brick", cinquième album rompant un silence discographique de quatorze ans. Après une reformation scénique euphorique (six concerts sold out à l'AB, un record) en janvier 2010, la légende métal belge signe un disque de vrai rock, intense et énergique. "Feed'Em With A Brick" dépote, rentre dans le lard, cloue son auditeur contre le mur mais réussit surtout le challenge de sonner moderne sans tomber dans un opportunisme nauséabond. On y trouve des chansons pour secouer les cheveux (Hot Summer, Guns Of Navarone), des textes qui posent des questions (Capitol Pigs, Freedom) sur les dangers de la mondialisation, des montées d'adrénaline (In The City) et des virées plus mélancoliques (Side Lines, Ocean). Oui, Channel a fait du beau boulot et revient dans la cour des grands, là même d'où il s'était envolé en 1997.

"Avant de remonter sur scène à l'Ancienne Belgique, nous avions enregistré à la hâte le single Black Flowers avec notre nouveau guitariste américain Mikey Doling. Le résultat n'était pas encore à la hauteur, mais nous savions que l'envie était là. On a simplement laissé travailler le temps,souligne le chanteur Franky De Smet Van Damme. Mikey a composé des morceaux de son côté en apportant sa touche personnelle mais aussi en tenant compte de l'héritage de Channel. Quand il m'a fait écouter les maquettes, je n'en croyais pas mes oreilles. J'étais tellement emballé que j'ai arrêté mon boulot de représentant pour écrire les textes et enregistrer. "Feed'Em With A Brick" est l'album de Channel qui a bénéficié de la meilleure atmosphère de travail. Mikey et son enthousiasme y sont pour beaucoup. Tino (basse), Phil (batterie) et moi-même avons mûri avec l'âge. Il y a moins de frictions entre nous. Nous avons tous une vie familiale, on est plus cool. On est aussi conscients de revenir au bon moment. Les ados redécouvrent le métal comme le pratiquent Channel, Metallica ou Slayer. Et nous, on se rend compte qu'on aime toujours ça."

 

 

[IMAGE1]

Channel Zero – Feed'Em With A Brick
Roadrunner

Le 14/7 au Dour Festival.

Sur le même sujet
Plus d'actualité