Ce soir sur TF1: La grève des femmes

Un gentil couple, propriétaire d'une jolie maison dans un charmant village du sud de la France. Monsieur est un ancien coureur automobile reconverti malgré lui dans la construction de moteurs de voitures de course.

19855

Un gentil couple, propriétaire d’une jolie maison dans un charmant village du sud de la France. Monsieur est un ancien coureur automobile reconverti malgré lui dans la construction de moteurs de voitures de course.

Madame soigne les petits vieux des alentours et assouvit sa passion pour la peinture dans l’atelier aménagé dans le jardin. Voici le tableau d’une vie tranquille, somme toute heureuse, sans être idyllique. Mais que la bonne fortune frappe à la porte et voici que ce doux bonheur se fissure. Car Franck et Suzie, tout unis soient-ils, n’abordent pas la réussite de la même manière.

Pour le premier, privé de circuit depuis un grave accident, l’épanouissement passe par une revanche professionnelle. Justement, une usine chinoise s’intéresse à son travail. Pour remporter le contrat du siècle qui gonflera son ego et le portefeuille du couple, il doit mettre au point un moteur révolutionnaire. Et décide, faute de place, de concevoir ce petit bijou de technologie dans l’atelier de sa femme. Pas de chance, celle-ci entame la dernière phase d’un projet bien plus personnel: présenter, avec une poignée de copines, sa première exposition de peinture. Dans son atelier.

Industrie contre culture, carrière contre hobby et, en filigrane, cette question: que signifie réellement réussir sa vie? Plutôt que d’interroger leur échelle de valeurs et leurs priorités, les héros s’entêtent, déterminés à saisir leur chance et à ne pas laisser l’autre sexe gâcher cette opportunité. Car c’est bien d’une guerre des sexes qu’il s’agit: les hommes de l’histoire, incapables de voir plus loin que le bout de leur nez, n’accordent pas grand intérêt aux aspirations artistiques de leur moitié. Sur les conseils d’une féministe pur jus, Suzie, piquée au vif, lance alors une grève des femmes qui s’étend bientôt à tout le village.

Clin d’œil local à la journée internationale des droits de la femme, cette comédie sans prétention – et pas si caricaturale, à en juger les documentaires évoquant les rapports hommes-femmes – illustre avec légèreté le manque de communication dans le couple, l’égoïsme des uns, l’aveuglement des autres. Grâce à l’ingéniosité des plus jeunes et à la sagesse des plus vieux (Claude Gensac et Pierre Mondy que l’on retrouve avec plaisir), La guerre des femmes s’achève sans surprise sur la paix des ménages. Pas de révolution scénaristique, donc. Mais l’abattage des comédiens suffit à se laisser embarquer.
Anne-Claire Préfol

7mars: 20h45 TF1 La grève des femmes

Sur le même sujet
Plus d'actualité