Ce soir sur Arte: Pop culture: Wild Thing

Accrochez-vous aux manches de guitare, ça va dépoter! Celui qui veut nous mettre les doigts dans la prise se nomme Jérôme De Missolz, cinéaste et documentariste expérimental.

1523

Accrochez-vous aux manches de guitare, ça va dépoter! Celui qui veut nous mettre les doigts dans la prise se nomme Jérôme De Missolz, cinéaste et documentariste expérimental.

Le lascar a été biberonné aux vinyls, des Rolling Stones au Dead Kennedys, dans l’esprit rock façon « wild side of the music ». Son parcours personnel déjà long s’entrelace avec la grande histoire et les héros de cette musique que les esprits fermés ou apeurés ont longtemps qualifiée de « musique de sauvages ».

Avec sa caméra subjective en action au fil du temps et des expériences, l’enfant du rock nous fait voyager en deux jeudis soir dans cette galaxie Wild Thing où brillent, entre autres, les Animals ou le Chuck Berry du premier âge, le Velvet Underground, Zappa, Led Zeppelin, David Bowie, puis la vague punk new-yorkaise du club CBGB (creuset de Patti Smith, des Ramones, New York Dolls, Talking Heads), en passant par les Britanniques de Joy Division et bien d’autres.

On n’est pas dans le cours d’histoire de la musique populaire contemporaine mais dans une sorte de road-movie subjectif qui traverse le temps et les scènes rock. Les anecdotes, impressions, rencontres, remarques et émotions personnelles du cinéaste rythment l’originale déambulation musicale. Cerise sur ce gâteau impressionniste: le docu démarre son évocation sous le parrainage emblématique de l’immense Iggy Pop (photo), incarnation sexagénaire de la wild attitude et rescapé de ces décennies survitaminées. – F.L.

20 janvier: 22h40 ARTE Pop culture: Wild Thing

Sur le même sujet
Plus d'actualité