Ce qu’on retiendra des Magritte

La grande famille du cinéma belge distribuait ses bons points samedi. Moments forts.

1029950

#1 Un excellent maître de cérémonie

Fabrizio Rongione s'est avéré magistral. Assurant à lui seul le rythme de la soirée, il s'est révélé joueur, léger, incisif. N'hésitant d'ailleurs pas à faire quelques blagues osées. Notamment en s'adressant au prince Laurent: "J'ai vu, Monseigneur, que vous étiez cette année passé du douzième au onzième rang pour l'accession au trône. C'est bien. Vous avez quitté le banc des réservistes". Rongione sera très bientôt à l'affiche du prochain film des frères Dardenne aux côtés de Marion Cotillard.

 

#2 Les revendications

Installés le long du tapis bleu, les artistes belges ont protesté contre la réforme du statut d'artiste. Leur symbole: la pomme de Magritte dévorée jusqu'au trognon et flanquée du slogan "Ceci n'est pas un statut". Confortablement installés au premier rang, les ministres et autres personnalités politiques en ont d'ailleurs eu pour leur argent. En venant chercher son Magritte, l'actrice Catherine Salée a lancé: "Je voudrais juste dire aux ministres ici présents que sans le statut d'artiste, je ne serais pas là. J'aurais dû faire un autre métier". Et toc.

Voir la séquence au journal télévisé de la RTBF

 

#3 Ernest et Célestine

C'est tout normalement qu'Ernest et Célestine s'est imposé en grand vainqueur de la soirée. Avec trois Magritte: meilleur son, meilleurs réalisateurs pour Vincent Patar et Stéphane Aubier (qui ont partagé ce prix avec l'autre réalisateur du film, le Français Benjamin Renner). Et meilleur film. On rappelle qu'Ernest et Célestine représentera la Belgique aux Oscars américains.

 Les autres prix

Meilleur acteur: Benoît Poelvoorde pour Une place sur terre.

Meilleure actrice: Pauline Etienne pour La religieuse.

Meilleur acteur dans un second rôle: Laurent Capelluto pour Le temps de l'aventure.

Meilleure actrice dans un second rôle: Catherine Salée pour La vie d'Adèle.

Meilleur espoir masculin: Achille Ridolfi pour Au nom du fils.

Meilleur espoir féminin: Pauline Burlet pour Le passé.

Meilleur film étranger: La vie d'Adèle.

Sur le même sujet
Plus d'actualité