Ce qu’il faut retenir des Nuits Botanique 2015

Vous avez raté la 22e édition du festival musical bruxellois? On vous résume un grand cru en onze points.

1313435

> Du monde partout . Avec dix-sept concerts sold-out et plus de 30.000 spectateurs, les Nuits Botanique ont battu tous leurs records. Une bonne nouvelle d’autant que la programmation misait essentiellement sur des découvertes.

> Les Belges au top . Roscoe, Great Mountain Fire, Elvis Black Stars, Paon ou encore Nicolas Michaux présentaient leur nouvel album en avant-première. Non seulement, ils ont rempli, mais ils ont séduit.

> Balthazar au super top . Loin devant la mêlée, la formation flamande a offert le plus beau concert du festival. Rien ne peut les arrêter. Balthazar, c’est le présent et le futur du rock belge. Pour longtemps.

> Le sourire du Wild Classical Music Ensemble . Formé de musiciens souffrant de déficience mentale, ce collectif belge a livré une prestation atypique, alternative, osée, festive et interpellante. C’est ce qu’on attend aussi d’un festival.

> Les soirées thématiques . Parfois un peu trop « arty/prise de tête » dans le passé, les soirées thématiques mises sur pied cette année étaient placées sous le signe du fun et le public a suivi. On pense à l’Opening Night  Owls Party ou au 20e anniversaire du label 62TV.

> Les Chedid, machine à bonheur. Un Cirque Royal qui chavire tout au long de l’impeccable spectacle de la famille Chedid réunie sur scène. On en est ressorti plus heureux qu’en rentrant.

> Le confort . Comme Rock Werchter, mais dans une dimension plus humaine, les Nuits Botanique savent accueillir et offrent un confort acoustique optimal au point qu’on ne le remarque presque plus. Mais à Moustique, on ne l’oublie pas et on dit merci.

 

> L’électro de Rone . Après Moby, Laurent Garnier et Justice, c’est Rone qui vient d’écrire une très belle page électro dans l’histoire des Nuits.

 

> Les annulations . Les concerts avortés en dernière minute de The Do et de Theophilus London ont gâché -avec la pluie- le dernier week-end du festival.

> Les flops . Très attendus par la rédaction de Moustique et un peu partout ailleurs, les prestations de Benjamin Clémentine, Alice On The Roof et Dominique A sont restées en-dessous des espérances. En affluence, le concert d’Aka Moon a aussi été un échec.

> Du beau monde.   Girls In Hawaii, Noa Moon, Vismets, BRNS, Triggerfinger, Nicola Testa, Suarez… On a croisé plein d’artistes belges non programmés cette année qui venaient voir et applaudir leurs « collègues » de travail. Et ça aussi, c’est cool…

Retrouvez tous nos compte-rendus du festival sur www.moustique.be/dossier/festivals2015

Sur le même sujet
Plus d'actualité