Ce qu’il faut retenir des Nuits Botanique

Vous avez raté la 21eédition du festival musical bruxellois? On vous résume un grand cru en dix points.

1110142

7 trucs qu'on a aimés

La Nuit Belge. Pour la fraîcheur de la rappeuse Coely, la puissance de Madensuyu et la belgitude de The Experimental Tropic Blues Band.

BRNS . Premier concert des Nuits à avoir affiché complet, la prestation des Bruxellois a été flamboyante. L'avenir du rock belge, c'est BRNS.

The Flaming Lips. Les Américains (photo) ont commencé leur concert à l'envers (par les rappels) et ont fini en ligne droite. Avec eux, on ne sait jamais à quoi s'attendre. Et ça, on adore.

Mac DeMarco . Le Canadien a signé le sold-out le plus improbable du festival et nous a hypnotisés avec sa pop baroque et nonchalante.

Arno. A soixante-cinq ans, c'est lui qui a offert la plus belle tranche de rock and roll sous le Chapiteau avec sa version flamboyante de Oh là là là.

L'accueil. Sourire sur les lèvres de toute l'équipe, confort d'écoute, cadre enchanteur, after-parties qui dépotent et même des photos des Diables Rouges dans les couloirs… Il n'y a pas à dire, on se sent bien au Bota.

L'affiche . Pour les nouvelles tendances et les artistes qui feront l'actu demain, c'est ici que ça se passe.

Et 3 trucs qu'on aimerait encore plus aimer en 2015

Les horaires. L'ordre de passage et le timing des concerts étaient dévoilés beaucoup trop tard. Indigne d'un festival d'une telle envergure.

La libre circulation. Le système de billet "toutes salles" en application lors de la Nuit Belgedevrait être étendu à d'autres soirées. C'est comme ça qu'on fait des découvertes.

Le Cirque Royal . On le répète chaque année, mais au Cirque Royal, on se croit partout sauf dans un festival. Trop triste, trop sérieux, trop froid…

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité