Ce jour-là passe en prime sur La Une

Ce jour-là change ses souvenirs d'épaule. En format plus rare mais plus long. Et en prime time.

1667

Ce jour-là change ses souvenirs d’épaule. En format plus rare mais plus long. Et en prime time.

Elle courait dans tous les sens, Elodie de Sélys. Depuis la transformation de Zoom arrière en Ce jour-là, en septembre 2009, elle enchaînait deux émissions par mois. Deux plongées dans les vastes archives ertébéennes qui exigent du temps. Quand on décide de s’attaquer à des événements aux lourdes charges émotionnelles et de montrer comment ceux-ci ont modifié notre histoire, il faut de la rigueur. Et de la constance.

L’air de rien, Ce jour-là a trouvé sa place. Consciente que les audiences atteindront rarement celles d’un Questions à la une ou d’un Bourlingueur, Elodie de Sélys a au moins prouvé qu’on pouvait faire du neuf avec du vieux. Moderne et bien rythmée, l’émission se regarde comme un kaléidoscope de notre mémoire collective, tout en assurant une actualisation de notre réflexion. Du beau boulot, c’est évident. Et ce n’est pas parce qu’elle courait dans tous les sens qu’Elodie était essoufflée. Au contraire, la « Mademoiselle Archives » de la RTBF était prête pour un autre défi.

La télé publique a ainsi décidé de modifier légèrement la donne. Désormais, Ce jour-là sera proposé de façon plus événementielle, dans un format plus long (90 minutes) et, surtout, sur la case de début de soirée, le très appréciable prime time. Une promotion? Elodie de Sélys prend la parole au nom de l’équipe: « J’ose espérer que c’est pour récompenser notre travail. Mais on n’est pas dupes: on sait très bien qu’il s’agit d’un test, aussi. Nous aurons trois soirées d’ici juin pour faire nos preuves ».

La première, ce mardi, est consacrée à l’assassinat de Patrice Lumumba qui, il y a tout juste 50 ans, provoqua de vives réactions aux quatre coins du monde. Un meurtre organisé dans le plus grand secret, et une véritable honte pour les nations qui n’ont pas pu (voulu?) l’empêcher. La suite? « Au mois de mars, nous reviendrons sur la catastrophe ferroviaire de Pécrot, survenue il y a 10 ans. Et en mai, nous consacrerons l’émission aux amants diaboliques (Peter-Uwe Schmitt et Aurore Martin, dont le procès s’est achevé il y a près de dix ans, NDLR). »

Mais comme rien ne semble l’arrêter, Elodie va ajouter quelques points de ravitaillement à son parcours. On devrait découvrir, d’ici peu, la nouvelle formule de La télé de A à Z, mise en retrait depuis la rentrée 2009. Chaque émission devrait désormais tourner autour d’une même thématique. Mais on reste dans le divertissement, l’humour et la légèreté, car ces archives-là sont faites pour nous amuser. On en reparlera d’ici peu, même si aujourd’hui, pour obtenir des infos sur le jour et l’heure de diffusion, on peut toujours courir. A chacun son tour… – Nicolas Balmet

20h15 LA UNE Ce jour-là en prime

Sur le même sujet
Plus d'actualité