Cannes: Pronostics et coups de coeur.

Pas facile cette année de tirer des plans sur la comète. En effet, si la compétition du festival de Cannes nous a réservé de jolies surprises, elle était aussi relativement convenue, prudente, nettement axée sur les grands noms habitués de l'endroit (Ken Loach, les Dardenne, Mike Leigh, Nuri Bilge Ceylan, David Cronenberg...). Et jusqu'ici, il n'y a pas eu le grand film qui met tout le monde d'accord (comme La Vie d'Adèle l'an dernier). Encore que...

1104778

En effet, les Dardenne ont fait très forte impression ici avec leur Deux Jours, une nuit (dont la presse a aussi célébré la prestation de Marion Cotillard). Film social dans une compétition qui parlait avant tout de la famille, le film des Dardenne tombait à point. Et a fait mouche. C'est d'ailleurs bien simple, depuis sa projection, les spéculations vont bon train. "Et s'ils recevaient une troisième Palme d'Or?", "Ce sont clairement les favoris", "Qui d'autre pourrait l'avoir?" Or c'est une règle ici à Cannes, un film ne peut remporter qu'un seul prix. Donc, si les frères recevaient la Palme, Marion Cotillard verrait donc filer le Prix d'interprétation… Nous parions en tout cas sur un point: il est peu probable que les frères repartent bredouille…
 
Mais il est un autre film qui s'est mis en chemin du nouveau sacre des frères: Mommy du prodige canadien Xavier Dolan (seulement 25 ans: Comment j'ai tué ma mère, Laurence anyways). Qui présentait aujourd'hui ce film, massivement accueilli par la critique. Qui depuis la sortie de la projection crie au génie. Sur cette histoire de famille mono parentale dysfonctionnelle. Et si c'était le plus jeune cinéaste de la compétition qui repartait avec la prestigieuse Palme? Ici se poserait alors la même question que pour le Deux jours, une nuit des frères Dardenne. Puisque l'actrice principale du film, Anne Dorval, mériterait elle aussi le Prix d'interprétation. (Et à évoquer ce prix, nous retiendrons aussi du festival la prestation remarquable de Julianne Moore dans Maps to the Stars de Cronenberg.
 
Prix d'interprétation, parlons-en. S'il est un personnage qui a scotché la Croisette durant cette compétition, c'est probablement le misérable John DuPont interprété par Steve Carrell dans le FoxCatcher de Bennett Miller. Un Milliardaire de cinquante ans, frustré et dramatiquement seul, qui va monter l'équipe nationale américaine de lutte pour impressionner sa vieille et froide maman. Une très grande prestation. A laquelle, il faut également ajouter celle de Gaspard Ulliel dans le Saint Laurent de Bonello, qui aura aussi marqué le festival.
 
Nos coups de coeur plus persos de cette compétition? Timbuktu de Abderrahmane Sissako, racontant avec ferveur, beauté et même une pointe d'humour bienvenu, la prise d'un village musulman du Nord Mali par des Djihadistes. Un pur moment de résistance, de courage et d'amour… Dernier coup de coeur, le film à sketches Relatos Salvajes (Les nouveaux sauvages) de Damian Szifron qui aura fait hurler de rire le Grand Théatre Lumière avec une critique féroce de l'être humain et de ses travers…
 
Pour les vrais résultats, il faudra attendre samedi soir… On croisera bien sur les doigts pour les Dardenne et Marion Cotillard…

Sur le même sujet
Plus d'actualité