Cannes 2013: On a vu Jeune et jolie, de François Ozon (Compétition Officielle)

Première question que l’on se pose après la vision de ce Ozon (dont on apprécie pourtant hautement la filmo) : « Mais qu’est-ce que ce film fait dans la compétition officielle ? »

866815

Non pas que Jeune et jolie soit mauvais de bout en bout (c’est du Ozon, que diable !), mais le sémillant réalisateur ose tout de même présenter l’un de ses films les moins aboutis pour prétendre à la Palme d’or !

 

Bref, l’ami ressasse  ses questionnements  sur la famille mal aimante et mal aimée, et sur la sexualité (adolescente) autour du sujet prétexte de la prostitution d’une jeune étudiante. La « jeune et jolie » en question l’est, jeune et jolie, mais on a envie de dire que c’est un peu court comme argument, jeune homme !

 

Isabelle donc, née dans une famille aisée et apparemment sans problème, passe son temps libre non pas à faire des sorties avec ses potes de lycée ou à pianoter avec frénésie sur Facebook, mais plutôt à rencontrer des messieurs bien plus âgés qu’elle dans des chambres d’hôtel. Sur le thème rimbaldien de « on n’est pas sérieux quand on a 17 ans », Ozon s’attache à montrer le « comment » du comportement d’Isabelle, plutôt que le « pourquoi ». On la voit glisser d’un client à un autre au gré de chansons de Françoise Hardy et de quatre saisons.

 

Clair qu’Ozon a voulu montrer cet étrange décalage qui se crée entre son corps et sa tête quand on est ado, et à travers Alice, une jeune fille comme une autre en quête d’identité. Mais son  systématisme ne fonctionne pas. Ses métaphores sont lourdes,  pire, les acteurs, prisonniers de dialogues creux et impossibles, sont parfois à côté de la plaque. Tout le film est à leur image, mal à l’aise sur ses deux pattes, balançant sans prévenir entre drame bourgeois et rares saillies drolatiques (le dialogue sur le tarif du psy est à mourir de rire). On retiendra surtout la mine boudeuse et le visage obsédant de la très belle Marine Vacth, jeune actrice sur laquelle il faudra désormais compter.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité