Ça donne quoi, Rebel Heart de Madonna?

"Rebel Heart" fait enfin parler d'elle pour sa musique. Mais est-ce mieux? Réponse et écoute intégrale.

1304507

Après les fuites sur Internet, les fesses à l'air aux Grammys, la gamelle aux Brit Awards et les mamours avec Luz de Charlie Hebdo au Grand Journal, bref tous ces épisodes trop gros pour ne avoir été plus ou moins calculés (ou du moins contrôlés), Madonna débarque enfin avec de la musique.

ON AIME

– Sur "Rebel Heart", elle fait principalement confiance à Diplo (et pas à Avicii) qui se retrouve dans les chansons les plus réussies, notamment sur le génial Unapologetic Bitch.

A 56 ans, elle arrive à battre Rihanna sur son propre terrain avec Ghosttown, ballade urbaine du meilleur effet. Il faut sortir impérativement ce truc en single!

– Elle n'est jamais aussi touchante que lorsqu'elle montre sa vulnérabilité. C'est le cas sur l'acoustique Joan Of Arc, Heartbreak City, la très jolie plage titulaire ou encore Wash All Over Me où elle évoque ses échecs amoureux.

– Appeler en renfort Avicii, pape de l'électro mainstream, c'est faire comme Coldplay et donc comme tout le monde. Demander à l'ex-champion poids lourds Mike Tyson de venir chanter sur Iconic, c'est plus couillu. Bien vu.

– O.K., Beyoncé et Taylor Swift vendent beaucoup plus, mais 32 ans après ses débuts, Madonna, c'est toujours un événement. Même avec un album moyen comme "Rebel Heart".

ON N'AIME PAS

– Elle a bourré son disque. Dix-huit morceaux. Vingt-cinq sur la version Deluxe! Même quand on aime, c'est long. Mais lequel de ses assistants oserait lui dire: "Dis, Madonna, tu n'enlèverais pas l'une ou l'autre chanson?" Aucun.

– Elle nous a fait saliver avec sa collaboration avec Kanye West, mais c'est raté. Le morceau Illuminati est la plus grosse daube du disque. Même Lââm n'en voudrait pas. C'est dire.

– Elle donne des leçons à ses jeunes concurrentes, façon Jean-Jacques Goldman et Enfoirés,dans Bitch I'm Madonna et le très narcissique Veni, vidi, vici. Sur ce coup-là, elle fait son âge: mémère.

– Elle doit toujours rappeler qu'elle vient de la street, qu'elle aime le hip-hop, le freestyle et les battles. Mais son flow rap (avec Nas sur Veni, vidi, vici)est pathétique.

– Quand elle chante "Jésus aime ma chatte" dans Holy Water, ce n'est même plus de la provoc. Comme le souligne une chronique bien torchée du site prettymuchamazing.com, c'est "presque aussi embarrassant que de surprendre ses parents en pleins ébats sexuels".

 

Madonna, "Rebel Heart", Universal.

Le 28/11 au Sportpaleis, Anvers.

Sur le même sujet
Plus d'actualité