BW brûle-t-il?

Le Brabant wallon est la province la plus riche de Wallonie. Celle, aussi, qui a le plus changé ces dernières années. Urbanisation contre campagne, ex-Bruxellois contre "natifs", tout est désormais un peu fracturé dans le BW, avec de vrais petits problèmes d'identité. Du coup, entre voisins, parfois, ça frotte. (+ les 5 phrases pour débattre du BW)

917335

Ce n'est pas exactement une ville-champignon comme au Far West, mais quand on sillonne ses routes et ses chemins de fer, il faut bien dire que par moments, le Brabant wallon y ressemble! Pour ceux qui le traversent, la question "Je rêve ou il n'y avait pas cette maison, ici, la dernière fois que je suis passé?" est devenue familière. Tout comme celle, pour les navetteurs de la ligne Bruxelles-Namur, de ne plus savoir où ils en sont dans leur trajet tant les travaux du RER transforment les paysages. Cette "champignonnière BW", fruit d'un exode de familles et d'entreprises fuyant Bruxelles, est l'objet de fantasmes (la fermette avec jardin), de clichés (les 4×4 de luxe croisant des tracteurs dans les petits chemins) et surtout de projets par milliers. Mais qu'est-ce que c'est que cette petite province, la plus jeune et la plus riche de Wallonie? Qui sont ses nouveaux habitants, un peu hybrides: plus vraiment Bruxellois, mais pas tout à fait Wallons dans l'âme non plus? Que ressentent les enfants du pays, devenus trop "pauvres" pour espérer rester dans ce petit coin de paradis, squatté par des nantis?

Portrait d'une province jeune, pleine d'avenir, mais aussi d'arrogance. Un simple chiffre donne le vertige: de 180.000 habitants au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la popula¬tion de l'actuel Brabant wallon est aujourd'hui de 392.115 personnes. Plus du double. Et le Bureau du Plan prévoit encore l'arrivée de 76.000 personnes d'ici à 2060 (voir graphique). Une véritable explosion démographique? "Le terme est un peu fort, nuance Thierry Eggerickx, professeur au Centre de recherche en démographie et sociétés de l'UCL. Le Brabant wallon connaît une croissance démographique en moyenne supérieure à celle de la Région wallonne, mais elle était encore beaucoup plus élevée dans les années 70. Ceci étant, alors qu'elle s'est ralentie dans l'ensemble du pays, elle reste positive en Brabant wallon."

Les 5 phrases pour débattre

La population de l'actuel Brabant wallon a plus que doublé en 60 ans…

Quand je vivais à Bruxelles, je mettais 20 minutes pour aller au boulot au centre-ville.
Depuis Waterloo, c'est 18 minutes.

Les natifs sont souvent contraints de s'exiler, faute de moyens pour acheter dans leur coin.

Il y avait quand même pas mal de maisons toutes pourries
qui ont été bien retapées.

Je préfère être dans cette région-ci, du côté des riches."

La suite dans votre Moustique de ce 7 août

Sur le même sujet
Plus d'actualité