Brussels Summer Festival : premier bilan

La douzième édition du BSF a débuté en fanfare. Premier bilan.

921945

On l'a dit et on le répète: quel bonheur de profiter d'un festival au centre de Bruxelles. Impossible de se blaser du cadre magnifique qu'offre la place des Palais et sa vue plongeante sur le fenêtres du Roi en sirotant une bière, une fois. Même schéma du côté du Mont des Arts et ses maisons classées à deux pas de la Grand-Place. Un plaisir unique en son genre, puisque que notre capitale est la seule d'Europe à accueillir un évènement musical de cette envergure en plein cœur de ses artères. La programmation ultra-éclectique (parfois même qualifiée de fourre-tout) des trois premiers jours a rameuté foule de curieux.

Les têtes d'affiche, comme Saez, Fritz Kalkbrenner, Amy MacDonald, Madness ou les Dandy Warhols ont assuré le spectacle. Tout bénéf donc, surtout quand on sait que tous les pass 10 jours avaient trouvé preneur avant le lancement du BSF vendredi dernier, une première dans l'histoire du festival, alors que les tickets un jour se vendent à la vitesse des cornets de frites de la place Jourdan. Et ça se comprend! C'est que la ligne de conduite établie par les organisateurs depuis quelques éditions déjà, qui propose des soirées thématiques par genres musicaux, fait ses preuves et mobilise le public.

Une affluence (plus de 125.000 personnes attendues en 10 jours) qui complique d'ailleurs les mouvements sur la Place des Palais: impossible de ne pas se faire renverser la moitié de son verre en s'avançant vers la scène passé 21h. Les tiroirs-caisses du festival crient (déjà) victoire. Et il y a tout à parier que la suite des festivités de cette douzième édition affichent le même bilan.

Notre top 5 des concerts (des trois premiers jours)

  • Didier Wampas
  • Aeroplane
  • Pale Grey
  • The Dandy Warhols
  • Black Box Revelation

On a aimé

  • Le public, ultra bon enfant et très bigarré.
  • La diversité des stands de nourriture entre la Place des Palais et le Mont des Arts. Ça change.
  • Le méga smile de Zia McCabe, la claviériste des Dandy Warhols, et les bonds de cabri de Didier Wampas.
  • La splendide vue de Bruxelles qu'offre le haut du Mont des Arts. De quoi nous rendre chauvin, particulièrement quand le soleil se couche.
  • L'organisation au top dans l'enchaînement des concerts. Pas de retards à déplorer.

On a moins aimé

  • Les toilettes, peu nombreuses. Et puis payer pour aller dans une Cathy Cabine, c'est dur.
  • Les membres de la sécurité, parfois un peu trop militaires. On se détend les gars.
  • Le manque d'une vraie grosse tête d'affiche fédératrice.
  • Les types un peu lourds qui dansent tous bras dehors sans se soucier des autres.
  • Les multiples drapeaux et logos publicitaire installés un peu partout. Ok pour les sponsors, mais là ça donne l'impression d'être au salon de la pub et non pas dans un festival.
  • Les stands de jetons, trop peu nombreux du côté du Mont des Arts, où il faut faire la file pendant 15 minutes facile.

Sur le même sujet
Plus d'actualité