Brighton Rock

"Mon rôle de reine d’Angleterre dans The Queen m’aura fait comprendre le principal souci des studios de production: le manque d’imagination. Vous n’avez pas idée du nombre de films à tendance royale que l’on m’a proposés depuis", nous confiait récemment Helen Mirren.

36854

Après une comédie qui ne sortira finalement pas chez nous (Arthur), elle poursuit son émancipation à travers un polar bien noir et poisseux: Brighton Rock. Où elle donne parfaitement la réplique à Sam Riley (brillant chanteur du groupe Joy Division dans Control d’Anton Corbijn) et à l’excellente Andrea Riseborough, vue dans le joli Never Let Me Go de Mark Romanek il y a quelques mois.

Remake du classique Le gang des tueurs (John Boulting, 1947), ce premier film de Rowan Joffe (scénariste de The American) est une réussite. Car il arrive à superposer une intrigue certes linéaire mais bien ficelée à un contexte historique et musical percutant. Qui agit comme un personnage à part entière de cette chute libre dans les bas-fonds de la guerre des gangs. Où l’on course un gangster qui va séduire une jeune femme témoin d’une de ses exactions pour l’empêcher de parler. Le tout sur fond d’opposition dure entre deux groupes de la jeunesse britannique: les mods contre les rockers. Ce qui assure, par ailleurs, une vénérable bande originale.

Paradoxalement, c’est quand il tente un final trop original et s’écarte de son classicisme de pur policier que Brighton Rock perd un peu de saveur et loupe de justesse une troisième étoile. Mais pas de quoi se priver de ce bon moment ciné pour autant. Pour les bouffeurs de pop-corn, il y a Kung Fu Panda 2. Pour les amateurs de films, ce Brighton Rock est un excellent choix. 

Brighton Rock
Réalisé par Rowan Joffe (2010). Avec Sam Riley, Andrea Riseborough, Helen Mirren – 111’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité