[Bravo & Merci les Diables] – Le meilleur match du Mondial



Même l’incroyable Tim Howard n’aurait pu empêcher ces Diables-là de gagner. Baladés, les Américains! Ressuscité, Lukaku!

1139565

Salvador de Bahia, 1er juillet. Le match qui décidera si le Mondial belge sera réussi ou ne sera pas. Dans les tribunes de l’Arena Fonte Nova, les "USA! USA!" des 15.000 supporters yankees recouvrent aisément les "Waar is da feestje? Hier is da feestje!" homériques des 600 Red Devils présents. Avant le match, Marc Wilmots motive ses troupes à sa façon: "Notre vol pour rentrer à Bruxelles est prêt à partir à 0h45. Mais il y en a aussi un autre à destination de Brasilia… A vous de choisir". Le discours fait mouche au vu de l’entame de match, pied au plancher. Ultra-dominateurs, les Diables produisent enfin le jeu dont tout le monde avait entendu parler, mais que personne n’avait encore vu. Un Kevin De Bruyne étincelant, un Eden Hazard étonnamment travailleur, un Van Buyten intransigeant et, sur le plan purement tactique, des arrières latéraux qu’on n’avait jamais vus déborder aussi souvent, au point que Vertonghen finira par vomir sous le coup de l’effort…

 

Il ne faut pas 40 secondes pour voir la première occasion, des pieds de "baby" Origi, titularisé. Le début d’un festival qui verra les Belges tirer 39 fois au but dans le temps réglementaire – record en Coupe du monde battu! Oui, mais en face, un homme établit un autre record historique: celui du nombre d’arrêts décisifs. Atteint du syndrome Gilles de la Tourette, Tim Howard perd ses tics et maîtrise ses muscles lorsqu’un attaquant adverse se présente devant le but. Alors que Wondolowski frôle le "quart-jacking" à la 91e, le gardien US emmène à lui tout seul les deux équipes aux prolongations.

 

Moment choisi par Marc Wilmots pour (re)lancer Lukaku, laissé sur le banc après son début de tournoi hésitant. Un énième remplacement en or. A peine monté, Big Rom emplafonne son garde-chiourme et offre le but de la délivrance à Kevin De Bruyne. Quelques minutes plus tard, Lukaku confirme d’une frappe dans le plafond que non, Tim Howard n’est pas imbattable. Lorsqu’il file vers la caméra, quatre millions de téléspectateurs belges peuvent lire sur ses lèvres: "Je t’aime, papa". Un but américain en deuxième partie de prolongations plus tard, juste pour le stress, et "la meilleure rencontre du Mondial" (dixit Johan Cruyff) peut s’achever. A l’interview d’après-match, Romelu, le maillot de Howard sur le dos (avant d’essayer d’enfiler, en vain, celui XXS de… Mertens), refuse de porter seul la cape de superhéros de la nation: "Des héros, il y en a 23 ce soir". En Belgique, on est déjà le 2 juillet. Et sur la carte désormais, les Etats-Unis et le reste du monde savent où c’est.

 

Fiche technique

  • 1er juillet 2014
  • Arena Fonte Nova – Salvador
  • Belgique 2 – Etats-Unis 1
  • Buts: Kevin De Bruyne (93e), Romelu Lukaku (105e), Julian Green (107e)
  • Equipe

Thibaut Courtois

Toby Alderweireld

Daniel Van Buyten

Vincent Kompany (picto capitaine + picto carte jaune à la 42e)

Jan Vertonghen

Axel Witsel

Marouane Fellaini

Kevin De Bruyne

Dries Mertens (> Kevin Mirallas 60e)

Eden Hazard (> Nacer Chadli 111e)

Divock Origi (> Romelu Lukaku 91e)

 

 
>Retrouvez l'ensemble des comptes-rendus et bien d'autres choses dans notre édition spéciale de 32 pages ce mardi!

Sur le même sujet
Plus d'actualité