Bertrand Cantat: Le vent l’emportera

Il est temps que Bertrand Cantat réintègre les pages musicales. Ça tombe bien, il vient de sortir un disque bouleversant.

214511

Bertrand Cantat porte sa croix. Ses faits et gestes sont épiés, ses apparitions rapportées, ses collaborations critiquées. Car pour certains, le meurtrier a pris le pas sur le chanteur. Or, peut-être est-il temps de faire la part des choses. De séparer l’homme de son œuvre. Et par exemple, prendre connaissance de "Chœurs", l’album qu’il a sorti le mois dernier dans une certaine indifférence.

Pour son retour sur la longueur d’un album, Cantat a pris la contre-allée. Puisqu’il interprète ici le chœur des trois pièces qui forment la Trilogie des femmes de Sophocle, mises en scène par Wajdi Mouawad (Les Trachiniennes, Antigone, Electre). Deux textes sont signés de sa main (Bury Me Now et Dithyrambe au soleil). Les autres sont des adaptations de Sophocle. Et c’est beau. Douloureusement beau. Car Cantat touche au cœur lorsqu’il chante l’impossible amour, qu’il hurle sa douleur et qu’il pleure ses peines. Il mâche les mots de Sophocle. Les hurle, murmure, chante, déclame. Mais avec une intensité et un engagement qui ne trompent pas. Car aujourd’hui, Cantat ne fait plus qu’un avec la douleur.

Les textes s’enchaînent, plus troublants les uns que les autres: "En aucun cas tu ne dois laisser s’éteindre le doux espoir en toi. Car aux mortels, n’a jamais été accordée de vie exempte de souffrance". Les titres sont éloquents (Les mouillages, Rien n’est plus redoutable que l’homme) et Cantat d’émouvoir entre mélodies épurées et rugosité rock’n’roll: "Nuit étoilée, malheur, richesse, rien qui soit durable pour les humains, tout brusquement s’en va qui a quelque autre échoit, qui le perd à son tour". Rarement un disque aura tant ressemblé à un chemin de croix. Noir Désir est déjà loin. De leur côté, Serge Teyssot-Gay (qui a formé un trio free rock appelé Zone libre), Denis Barthe et Jean-Paul Roy (qui ont monté le festival engagé "Les rendez-vous de terres neuves" dans la banlieue bordelaise) continuent eux aussi leur chemin. En sombres héros de l’amer…

Bury Me Now

Dithyrambe au Soleil

Rien n’est plus redoutable que l’homme

Cantat, Falaise, Humbert, MacSween
"Chœurs"

Sur le même sujet
Plus d'actualité