Being Flynn

Plus de 35 ans après Taxi Driver, Robert De Niro remonte dans un taxi jaune.

496479

Pour adapter un roman tel que celui-ci (Another Bullshit Night in Suck City de Jonathan Flynn), qui tire toute sa saveur des attitudes et des non-dits de ses personnages, le choix de Robert De Niro était a priori le bon. Sauf que ce bon vieux Bob a surtout cabotiné ces derniers temps. Dans des comédies certes réussies, mais où il était sous-utilisé (Mafia Blues et Personne n’est parfait(e)). Ou encore au moyen d’apparitions aussi savoureuses que caricaturales (le sénateur véreux de Machete, sommet du trash rigolard signé Robert Rodriguez).

Cette fois, heureusement, on retrouve le vrai De Niro. Au sommet de son art. Sa simple moue en dit plus que des pages de dialogue. Bref, on renoue avec un véritable acteur, cette fois visiblement très inspiré par cette histoire de rapport père-fils. Il campe un ex-chauffeur de taxi devenu escroc et parfois poète à ses heures. Errant de trottoirs en bouches d’aération, il finit par atterrir dans le centre pour sans-abri où travaille son propre fils. Emotion à fleur de peau, immersion des comédiens en conditions réelles et réalisation très efficace signée par le géniteur du génial About a Boy, Being Flynn offre à De Niro la chance de signer à nouveau une grande composition. Et Robert a parfaitement saisi la perche, au point d’éclipser des seconds rôles qui paraissent un peu ternes. Car tant Julianne Moore que Paul Dano (Little Miss Sunshine) s’effacent devant cet incorruptible qui tient brillamment le film à bout de bras.

Voir les salles où ce film est à l’affiche

Being Flynn
Réalisé par Paul Weitz. Avec Robert De Niro, Paul Dano, Julianne Moore – 112’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité