Batibouw: Le point sur les primes

Vous rénovez ou construisez vert? Pas de chance, l'Etat a supprimé les déductions fiscales spéciales "énergie". Mais les primes régionales, elles, sont plus que jamais disponibles. Et les écoprêts à taux zéro! 

789675

Les écoprimes? Grattez, il y en a encore. En fait, même si le fédéral, empêtré dans ses mesures d’austérité, a supprimé les déductions fiscales (les dernières mesures transitoires concernant notamment l’isolation des toits disparaissent en 2013), les Régions, elles, tiennent bon! Et si elles ne compensent pas complètement le "manque à gagner" fiscal, elles restent résolues à encourager les économies d’énergie. A Bruxelles, une nouvelle enveloppe de 18 millions d’euros, la même que l’année passée, est prévue.

C’est que l’effet de ces écoprimes se fait sentir très concrètement: depuis leur entrée en vigueur en 2004, plus de 90 millions d’euros de primes ont été octroyés. Ce qui a encouragé les Bruxellois à effectuer pas moins de 650 millions d’investissements pour économiser l’énergie. Autant de travaux qui ont contribué à la réduction de 22 % des émissions de CO2 de la Région de Bruxelles-Capitale entre 2004 et 2011. Du côté de la Région wallonne, le budget primes énergies a même été augmenté pour 2013 à 75 millions d’euros. En 2012, 62 millions d’euros y avaient déjà été alloués. Or, comme les primes couvrent en moyenne 18 % du coût total des travaux, on peut en déduire que 344 millions d’euros ont été investis l’année dernière pour économiser de l’énergie en Wallonie.

Du point de vue du citoyen, il n’y a donc pas de changement majeur. Si ce n’est que les primes sont plus nombreuses, parfois plus généreuses et certaines démarches administratives simplifiées. Tous les habitants ont ainsi une chance de participer à l’effort "énergie" et à ses bénéfices directs! Les ménages à faibles revenus continuent à être particulièrement épaulés, ce qui explique en partie les importantes fourchettes observées dans le montant des primes à la rénovation. Celui-ci varie en fonction de la technique utilisée, de la personne qui fait les travaux (vous ou un entrepreneur) et de vos revenus. Un exemple: la prime pour l’isolation d’un mètre carré de mur bruxellois s’élève à 8 € si vous isolez le mur par la coulisse et que vous avez un revenu de base. Mais elle peut monter jusqu’à 110 €/m2 si vous isolez vos murs par l’extérieur, que vous avez de faibles revenus et que vous utilisez un isolant naturel.

On ne prête qu’aux verts

Autre coup de pouce appréciable pour se lancer dans un "éco-chantier", le prêt à taux zéro (sur devis de professionnels) proposé par les deux régions. Bruxelles Environnement collabore avec le Crédal, coopérative de crédit solidaire, pour proposer le "Prêt vert" qui permet au propriétaire ou au locataire de financer des travaux d’isolation, de ventilation et/ou d’installer un système de chauffage performant. L’an dernier, 114 prêts verts pour un montant total de plus d’un million d’euros ont été conclus. Côté wallon, le prêt à taux zéro s’appelle l’Ecopack et en 2012, 3.000 particuliers en ont bénéficié. Face à son succès auprès des particuliers, le budget Ecopack 2013 a même été plus que doublé pour atteindre 100 millions d’euros.

Outre les conseils personnalisés d’un "écopasseur" sur les travaux à réaliser, les primes complémentaires peuvent être immédiatement déduites des mensualités du remboursement. Un confort administratif qui s’ajoute à un confort de vie augmenté et à une facture d’énergie rabotée.

Dossier complet Batibouw dans le Moustique du 20 février.

Sur le même sujet
Plus d'actualité