Bande de réalisatrices à Cannes

Ovation ce matin pour la réalisatrice Céline Sciamma qui  a ouvert aujourd’hui la Quinzaine des réalisateurs avec "Bande de filles".

1102214

Il s'agit du portrait d'une adolescente black des quartiers de la banlieue parisienne, qui parvient à s'émanciper du quartier et de la loi des garçons en rencontrant une bande de filles affranchies. Qui dansent et se battent. Une version girly de "la Haine" ?

Les deux premiers films de Céline Sciamma avaient déjà été très remarqués. "La Naissance des pieuvres" (sélectionné au Certain regard 2007 et prix Louis Delluc) révélait la jeune actrice Adèle Haenel (à l'affiche de "L'homme qu'on aimait trop" d'André Téchiné, présenté cette année en séance spéciale hors compétition) à travers la naissance d'un amour adolescent et homosexuel. Salué par la critique, son deuxième film, "Tomboy" (2011) raconte l'histoire d'une petite fille qui se prend pour un garçon, le temps d'un été. Secouant la question des genres, le film avait fait polémique à l'automne 2013 lorsque une association catholique intégriste (Civitas) avait demandé à ce que le film soit déprogrammé des écoles primaires dans le cadre "école et cinéma", et censuré d'Arte. Le film n'a pas pour l'instant pas été retiré de la programmation.

Céline Sciamma fait partie de la vague de nouvelles réalisatrices qui secouent le paysage du cinéma français, aux côtés de Rebecca Zlotowski (Belle Epine, Grand Central, actuellement présidente des deux jurys de la Semaine de la Critique dédiés aux jeunes talents), de Mia Hansen Love, Axelle Roppert, Kattell Quillévéré, Maïwenn ou Emmanuelle Bercot – ou de la jeune réalisatrice belge Laura Wandel, dont le court-métrage "Les corps étrangers" est sélectionné en compétition officielle.

A l'heure où pour la première fois une femme réalisatrice préside le festival de Cannes (Jane Campion), ce retour de parité est bienvenu !

Bande annonce "Bande de filles" de Céline Sciamma

Sur le même sujet
Plus d'actualité