Avec les soigneurs de Pairi Daiza

Ils sont une cinquantaine à veiller sur les animaux du parc wallon et leur bien-être délicat. Rencontre avec ces discrets "gardiens" et leur progéniture, également au centre d'une téléréalité sur RTL-TVI que vous pouvez revoir à la demande.

1366115

Le parc animalier cher à Eric Domb vient de connaitre une nouvelle et heureuse naissance: un éléphanteau, femelle, asiatique. C'est la première naissance d'un éléphant à Pairi Daiza et cet heureux évènement est d'autant plus remarquable que l'éléphant d'Asie est une espèce rare dont il ne reste plus qu'environ 40.000 spécimens en vie.

L'occasion de se retourner à la rencontre des hommes et des femmes qui veillent au bien-être quotidien des animaux de ce parc à succès.

Valérie – Soigneuse des makis et varis

18 ans de service

Débuts. "J'étais institutrice de formation. J'ai commencé ici comme guide pour adultes, enfants et classes vertes. J'étais  passionnée d'oiseaux. Et Paradisio, à l'époque, ce n'était quasiment que des oiseaux. En 2000, les guides ont pu faire un essai dans le domaine scientifique et je suis devenue soigneuse lors de l'ouverture de l'Oasis qui abritait des poissons, des loutres, des oiseaux, des suricates, des batraciens… Ensuite, j'ai bossé sur les singes et les lémuriens de l'Ile aux primates. Depuis l'an passé, j'ai pu choisir. J'ai opté pour les lémuriens makis et varis qui sont devenus ma passion."

Animaux. " Vu que nous apportons la nourriture, nous sommes d'office importants dans leur vie. Même un colibri vous reconnaît grâce à l'uniforme de soigneur. Le plus grand bonheur, ce sont les naissances."

Frayeur. " J'ai eu très peur la première fois où je me suis retrouvée dans le bâtiment des varis qui venaient d'arriver. Ils ont poussé leur cri d'alarme, vraiment un cri terrible, une sorte d'aboiement qui perce les oreilles. A l'époque, je ne connaissais rien des lémuriens et je me demandais vraiment: "qu'est-ce qui va m'arriver?" Mais ce n'était qu'un cri "territorial" entre eux, en fait pas du tout agressif."

Vacances. " Eh bien, mes dernières vacances, je suis allée visiter d'autres parcs pour primates, la Vallée des Singes et Apenheul. C'est ça, la passion du métier."

Alysson – Soigneuse des girafes et otaries

Deux ans de service

Débuts. "Je suis Française et après des études de vente en animalerie, je cherchais un emploi. On m'a proposé un stage de 5 mois dans un parc zoologique en Belgique… J'ai tapé Pairi Daiza sur Internet et j'ai été éblouie. Après, on m'a proposé un contrat et me voilà, toujours avec les girafes qui sont cinq pour l'instant."

Girafes. "L'essentiel est l'attitude du… soigneur. Il faut être calme, patient, tranquille car ce sont des animaux très gentils mais qui paniquent vite, qui ont du mal à assimiler certaines choses et sont particulièrement têtus. Cette expérience a changé totalement ma vie et je ne regrette pas de m'être expatriée. C'est magique!"

Otaries. "Après les girafes, je veux me spécialiser dans les otaries et mammifères marins. Je fais déjà du training avec les otaries qui consiste à construire une relation étroite avec l'animal tout en restant en contrôle, de manière à pouvoir lui donner des ordres qui facilitent sa gestion. Si on veut le soigner, faire une radio, une piqûre, mais aussi pour des spectacles." 

Peur. "Je suis angoissée lors d'opérations médicales. Par contre, je ne me suis jamais sentie en danger même si les otaries peuvent avoir des réactions agressives. Mais il ne faut surtout jamais manifester qu'on a peur."

David – Maître soigneur des oiseaux et petits mammifères + la ferme

13 ans de service

Débuts. "Avant d'être ici, j'étais technicien agricole mais déjà passionné d'animaux. Ce qui est génial ici, c'est qu'on apprend sur le tas, dans un bel esprit et une belle ambiance. Mon bébé, c'est la mini-ferme que j'ai créée et fait évoluer. Au fil du temps, je suis devenu responsable d'un groupe de 9 soigneurs mais je reste un vrai soigneur qui participe aux soins de mes animaux, comme les chèvres, porc-épics, chiens de prairie, pandas roux, kangourous, tapirs, chauves-souris,… A l'entretien des enclos, aux soins avec le vétérinaire. Mon secteur, c'est plusieurs milliers d'animaux."  

Bonheur. "C'est de recevoir une nouvelle espèce et de créer de A à Z son lieu de vie. C'est ça mon truc. Ce fut le cas avec la mini-ferme, puis le jardin chinois, puis l'arrivée des pandas roux. J'ai aussi travaillé sur le village indonésien, puis sur les porcs-épics, les wombats, les loutres."

Frayeur. "Un jour, j'étais en train de surveiller l'Ile des singes et un hippopotame qui s'était échappé de son enclos s'est pointé derrière moi. Et je ne croyais pas les gens qui me criaient "attention, un hippo, derrière vous"! Ça m'a bien saisi. Heureusement, il était pacifique. Mais je précise, ce genre d'incident est vraiment exceptionnel."

Matthieu – Soigneur des oiseaux et petits mammifères

Un an et demi de service

Débuts. "J'ai une formation d'auxiliaire en santé animale et j'avais une petite expérience avec des primates en milieu sauvage. Par passion. Etre soigneur à Pairi Daiza, c'est vraiment assouvir mon envie de me dévouer au service des animaux pour maintenir leurs conditions de vie et me livrer à leur observation… C'est plus qu'un métier. J'ai commencé avec les oiseaux, je suis allé aux makis pour un remplacement et maintenant je suis de retour aux oiseaux et petits mammifères. Ma grande découverte, ce sont les calaos, oiseaux imposants de Malaisie et d'Indonésie. Par contre, un couple de toucans ne m'a vraiment pas à la bonne… Ils ont aussi leurs humeurs et leurs têtes."

Bonheur. "Les naissances de lémuriens ou de siamans. Un matin on arrive et oh, des petits nouveaux!"

Frayeur. "Un jour, un vari en conflit avec le reste du groupe s'était jeté à l'eau par dépit. J'ai dû aussi sauter à l'eau pour le repêcher. Sinon, les anesthésies et les interventions chirurgicales sont chaque fois des épreuves."

Puria – Soigneur des félins

5 ans de service

Félins. "J'ai toujours aimé les chats (rire). A une époque, j'ai même eu un cougar. M'occuper de ces animaux au quotidien, c'est la réalisation d'un rêve. Je suis né en Iran mais j'ai grandi en Allemagne où je suis arrivé à 13 ans. J'ai été infirmier avant de m'occuper de fauves depuis 21 ans. Avant Pairi Daiza, j'ai travaillé avec des tigres et des lions pour des cirques."

Risques. "Je m'occupe des animaux les plus dangereux du parc (lions, tigres, léopards, guépards). Tout est dans la relation et l'autorité que je peux leur imposer, surtout par la voix. Je suis presque le seul à pouvoir entrer dans les cages. Dans ce travail de proximité, il faut garder une extrême prudence et ne jamais oublier que vous êtes un homme et qu'ils sont des fauves. Avec un instinct toujours présent. Quelle que soit la relation privilégiée, s'il veut vous mordre, il mordra. On peut seulement leur apprendre ce qui est bien ou pas, mais sans jamais jouer avec eux ou essayer de les domestiquer. Ils doivent rester sauvages. Aujourd'hui, je ne me sens plus jamais en danger, mais un jour, mes deux lions avaient commencé à se battre violemment. Je suis intervenu, mais de ce fait je devenais moi-même l'ennemi à attaquer. J'ai eu très peur mais j'ai quand même réussi à les séparer."

Le paradis. " Pairi Daiza, c'est magnifique, c'est le parc du futur. L'équipe est super. Et en plus, j'habite dans le parc! Je vous rassure, pas dans une cage (rire)."

Sur le même sujet
Plus d'actualité