Aurélie Cabrel: Une fille qui ose

C'est aux Rencontres d'Astaffort qu'Aurélie Cabrel a vu son destin basculer. Elle a appris la batterie, joué au théâtre, et travaille comme manageuse pour des groupes rock.

177543

Mais si elle participe pour la première fois à ces ateliers de création initiés par son père, Francis Cabrel, c'est pour présenter ses premiers textes de chansons. Elle reste dans le fond de la classe, aux côtés d'un autre timide de nationalité belge, Esthen, sans trop s'impliquer. À la fin du stage, il manque un élève pour interpréter ses textes. Aurélie monte sur scène, Esthen l'accompagne à la guitare et elle chante pour la première fois devant un public et elle aime ça. Nous sommes en 2007.

Quatre ans plus tard, Aurélie Cabrel sort son premier album qu'elle a réalisé avec la complicité d'Esthen et les encouragements de papa.

Avec son joli timbre de voix, elle exprime le difficile passage à l'âge adulte sur des mélodies pop/rock égayées, juste comme il faut, de touches électro. Un rien et Oserais-je? évoquent quelque peu la Zazie libérée des débuts et, plus proche de nous, on pense aussi à Claire Denamur. Monde en sucre,ballade épurée (un piano, une voix) remporte la mise et montre qu'Aurélie a appris très vite. Il y a de l'émotion dans son interprétation, de la fragilité dans son attitude et – comme chez son père – un amour de l'artisanat.

"Avec Esthen, nous avons travaillé dans le studio de mon père sans trop forcer les choses. Musicalement, ce disque me ressemble parfaitement. Mon père m'a initiée à la musique anglo-saxonne, mais j'aime aussi le jazz et l'électro quand elle est utilisée avec intelligence comme chez Radiohead. Même si je n'ai pas tout écrit, je dirais que ce premier album est 100 % autobiographique. La chanson Monde en sucre me définit parfaitement comme elle définit parfaitement l'album. J'y exprime ma fragilité et ma pudeur, deux traits de caractère que je ne considère pas comme des faiblesses, au contraire… J'ai vingt-cinq ans et je vis cette sortie de disque de manière très sereine. J'en suis très fière, je sais qu'on va m'attendre au tournant parce que je suis "une fille de", mais je prends ça avec beaucoup de recul."

 

 

J'ai cherché

Sur le même sujet
Plus d'actualité