Au paradis des Diables

En neuf épisodes, Les Diables au cœur va faire revivre à la Belgique sa qualification pour la Coupe brésilienne. Mais en immersion inédite au plus près de l'équipe nationale et de ses supporters. Emotion assurée.

1075340

Le récent et cruel forfait de Christian Benteke pour la Coupe du monde au Brésil ne sera pas au menu de l'exceptionnelle série documentaire diffusée dès ce lundi 14 sur la VRT et le vendredi 18 sur La Deux. Cette fatale rupture de tendon d'Achille, son ressenti et ses conséquences auraient pourtant parfaitement cadré avec cette chronique sportive qui n'est pas avare en moments humains forts. C'est d'ailleurs la force principale de l'épopée tournée par la société Bonka Circus (dont Vincent Kompany est un des partenaires). Les caméras ont tourné pendant 16 mois. De la prestigieuse victoire en match amical contre les Pays-Bas en août 2012 à novembre 2013 et le dernier match de qualification face au Pays de Galles au stade Roi Baudouin.

A l'arrivée, le résultat est là grâce à des conditions de tournage exceptionnelles. Même si certaines limites strictes ont été imposées aux équipes de Joeri Vlekken, le réalisateur, et Bart Matthijs, le rédacteur en chef (voir interview en page…), leur omniprésence en immersion au cœur de l'équipe a porté ses fruits, d'autant plus savoureux aujourd'hui que la communication autour de nos Diables Rouges n'a jamais été aussi cadenassée.

 

Le privilège est donc grand de vivre chaque rassemblement de l'équipe nationale en vase clos. Des moments où personne d'extérieur, pas même les parents, n'est le bienvenu au sein de la "famille" Diables Rouges. Sur laquelle veille farouchement le "père" Marc Wilmots: "Personne ne vient chez nous, c'est fermé, c'est notre famille", affirme le sélectionneur. "On est bien ensemble, ils ont le sourire et c'est quelque chose d'important, le plaisir. On fait tout pour le conserver." Et il est bien palpable à l'heure de chaque retrouvaille à l'hôtel de Diegem, quartier général des Diables en Belgique.

Champagne!

Fraîchement débarqués de leurs clubs européens d'Angleterre, d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne ou de Belgique pour de rares exceptions, tous les Diables ont le sourire et l'embrassade franche. Les blagues fusent et la bonne humeur se diffuse. Mais la discipline n'est jamais bien loin: quiconque est en retard au rendez-vous passe à la caisse… de champagne. Le précieux liquide fait office d'amende dont profitent, majoritairement, les membres du staff à l'apéritif.

Si les Diables s'apparentent à une famille, la tribu est spéciale et ses membres apparaissent et disparaissent d'un match à l'autre au gré des performances de chacun. Pas forcément évident de s'intégrer en tant que nouveau mais Wilmots a sa recette qu'il dévoile à Pelé Mboyo lors de sa première sélection: "Tu regardes Kompany, Van Buyten et Simons et tu fais comme eux!" Il faut dire qu'à eux trois, ces stars totalisent plus de 200 matchs sous les couleurs nationales.  

Retrouvez notre dossier "Les Diables au coeur" dans le Moustique du 9 avril 2014

Sur le même sujet
Plus d'actualité