Astérix et Obélix: Retour en farce

Les Gaulois ont repris une belle dose de potion. Edouard Baer, Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Dany Boon et compagnie redorent le bouclier de la saga gag! Même Obélix en tombe amoureux.

640398

Après la misérable adaptation d’Astérix aux Jeux olympiques, la franchise gauloise avait bien besoin d’un nouveau souffle. C’est désormais chose faite avec ce quatrième film réalisé par Laurent Tirard (Le petit Nicolas). De l’autodérision, de l’humour potache, quelques références aux bouquins, de nombreux gags, une action assez soutenue, des légions romaines enfoncées sur la musique des Ramones, cet Astérix est une très bonne cuvée.

Côté histoire, Tirard a choisi d’adapter deux albums en un seul film: Astérix chez les Bretons et Astérix et les Normands, tous deux parus en 1966. Piqûre de rappel: un petit village breton résiste à l’envahisseur romain. Mais ses forces s’épuisent. Astérix et Obélix sont donc chargés d’apporter un tonneau de potion magique aux assiégés pour mettre définitivement les forces de Jules César hors d’état de nuire.

Outre un scénario bien maîtrisé, Tirard remporte le chaudron grâce à un casting irrésistible, mélangeant les genres et les générations. Il offre ainsi un nouveau souffle aux personnages (Edouard Baer campe un Astérix très convaincant là où Clavier et Cornillac s’étaient pris les pieds dans le tapis). Et rebooste au passage les vieux de la vieille. En effet, Gérard Depardieu qui incarne Obélix pour la quatrième fois semble lui aussi s’amuser comme un petit fou. Rencontre au Fouquet’s, avec un petit moustachu et un gros qui porte bien les braies.

Gérard, c’est la quatrième fois que vous interprétez Obélix. Qu’aimez-vous tant dans ce personnage?
Gérard Depardieu – J’aime tout d’Obélix. Et plus je le pratique, plus je m’aperçois que je lui ressemble. J’adore ce personnage parce qu’il est dénué de méchanceté et il est très logique dans sa façon d’être et de penser. Et puis, Obélix aime bien l’autorité, comme moi. J’ai réalisé que je me suis souvent mis avec des femmes tyranniques…

Auriez-vous pu envisager d’abandonner Obélix si le script n’avait pas été bon?
G.D. – Non, c’est un personnage magnifique que l’on ne laisse pas tomber. On aurait tout simplement réécrit le scénario. Je n’aurais pas accepté de le faire si ça avait été un évident nanar. La preuve, c’est qu’il y a déjà eu un Astérix qui ne s’est pas fait parce que le script était mauvais (Astérix en Hispanie dont le scénario avait été développé par Gérard Jugnot – NDLR).

Soyons directs: dans cette histoire, on réalise qu’Astérix et Obélix sont un peu gay?
G.D. – Comme Laurel et Hardy. Stan Laurel était de temps en temps déguisé en mariée et ils dormaient dans le même lit. Mais je vais laisser Astérix répondre à cette question. Car Obélix, je peux vous le dire, tout lui convient… (Rire gras.)

Edouard Baer – En fait, ils vivent juste comme deux adolescents qui partagent la même maison mais n’y ont pas pensé du tout. Car ils n’ont pas vraiment de sexualité, même si dans ce film, ils essaient d’en avoir une. Ce sont avant tout deux bons camarades. Et je crois que l’on peut tout à fait vivre avec un ami et un petit chien sans prendre des douches ensemble. D’ailleurs, une des particularités de cette histoire est que les dames les intéressent vraiment. Et sans trop dévoiler l’histoire, c’est même Obélix qui va remporter la timbale en la personne d’une Valérie Lemercier très érotisée. Et ce, grâce à la caméra de Laurent Tirard, caméra caresse, caméra velours.

Il y aura très probablement d’autres films. Aimeriez-vous tourner Astérix chez les Belges?
G.D. – Ah oui, j’aimerais bien. J’adore les aventures d’Astérix car elles nous font voyager et il est vrai que j’irais volontiers chez les Belges. Même si monsieur Arnault y est déjà. Je suis certain qu’il y a chez vous un magnifique film à faire avec Astérix.

Vous vantez souvent votre nouveau copain Edouard Baer. En quoi fait-il un excellent Astérix?
G.D. – Parce qu’il a pu se reposer sur un très bon scénario et qu’il a de vraies belles scènes à jouer. Et puis, parce qu’il a apporté une certaine élégance au personnage, qui existe d’ailleurs dans les albums.

Edouard, vous êtes le troisième acteur choisi pour interpréter Astérix. Etait-ce un poids?
E.B. – Ce n’est pas comme dans une entreprise lorsqu’on remplace le directeur marketing. Je ne me dis jamais que Roger Moore a pris la place de Sean Connery et que Daniel Craig est venu leur piquer le rôle. Non, ce sont trois incarnations bien différentes du personnage de James Bond. Même chose pour Astérix. Il y a eu Christian Clavier, Clovis Cornillac et aujourd’hui, il y a moi. C’est juste un metteur en scène qui décide de faire incarner un personnage par tel ou tel acteur pour coller au plus proche de sa vision.

[…]

Bande-annonce: Astérix et Obélix: Au service de Sa Majesté

Astérix et Obélix: Au service de Sa Majesté
Réalisé par Laurent Tirard. Avec Gérard Depardieu, Edouard Baer, Catherine Deneuve – 109’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité