Arbitrage

Un très bon thriller économique, avec un excellent Richard Gere. C’est sûr, vous ne demanderez pas à être remboursés.

797303

Il entasse les millions comme les gamins des Lego. Avec le même sourire fier. Sauf qu’il a oublié son enfance. Grand magnat de la finance new-yorkaise, Robert Miller ricane plutôt qu’il ne rit et se frotte violemment contre le corps de son amante plutôt qu’il ne lui fait l’amour.

Certes, c'est un époux compatissant, un père attentif, un dirigeant sûr de lui dont la réussite arrogante fait des envieux. Un homme dont on dit qu’il a "réussi". Mais le film va s’ingénier à visiter les interstices de cette enveloppe a priori sans tache, lisse comme le rêve américain.

Pour tout dire, cette première embardée en voiture, suite logique de l’adultère (LA grande faute expiatoire au pays d’Obama) a tout pour nous faire peur, tant elle semble nous guider tranquillement sur l’autoroute balisée du thriller sans surprise.

Mais le cinéaste, sans mettre les clignotants pour prévenir, nous emmène sur un chemin de traverse. Disposant des pièges sur la route, que Robert, homme rationnel et calculateur, mesure et contourne, quitte à sacrifier les plus faibles pour s’en sortir.

Et plus l’étau se resserre autour de lui, plus Miller se montre coriace comme chef d’entreprise de sa propre existence: le jeu virtuel boursier est devenu un jeu réel pour sauver sa peau, Jarecki façonnant avec une rare intelligence à travers ce faux thriller l’allégorie du libéralisme économique.

Plus fort encore: fin connaisseur de la nature humaine et de ses ambiguïtés, le réalisateur parvient à nous sceller totalement au sort d’un héros rébarbatif, voire carrément détestable. Au point d’espérer que le "salaud" en réchappe.

En ténor de la finance progressivement dépassé par les événements, versant du côté sombre de la Force, le toujours beau Richard Gere tient l’un de ses meilleurs rôles. Un thriller économique captivant, brillamment écrit et joué, qui donne de la place à tous ces personnages. Et dont le final, cynique à souhait, n’est pas la moindre des réussites.

Arbitrage
Réalisé par Nicholas Jarecki. Avec Richard Gere, Susan Sarandon, Tim Roth – 106'.

Sur le même sujet
Plus d'actualité