Alors, c’était comment Lady Gaga?

Dix minutes de retard. Pour deux stars de catégorie A, ça va. A 22h45, Lady Gaga et Tony Benett saluent la Grand Place de Bruxelles.

1185221

La première sobre, sinon comme au premier jour (faut pas pousser bobonne), comme une praline drapé de lamé et, le deuxième, en crooner parrain trônant au bout de la table du déjeuner du dimanche. Trente minutes d'un son et lumières à deux lumières – un rose pinky Disney On Ice et un bleu semi Schtroumpfs – le tout agrémenté d'un canapé rouge permettant à Gaga de faire sa Cléopâtre. Une dizaine de chansons jazz, en dessous du swing – donc smooth et down tempo – qui ont l'ambition de mettre en évidence la science vocale des deux artistes – et surtout celle de Gaga, Benett n'ayant plus rien à prouver. Un répertoire agréable pour un samedi matin dans le bain, mais peu amène à mettre le feu sur ce genre d'événements de foule. En un mot: vaguement ennuyeux. Au bout du compte, une opération d'image 100% réussie pour Mobistar (Proximus sauvera-t-il son honneur en réservant le Palais Royal pour David Guetta?) et de possibles retombées touristiques sur les nuitées de Bruxelles Capitale.   
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité