Allez, Eddy!

Si ce n'était ce problème de transit qui finit le plus souvent dans son pantalon, Freddy serait un garçon de dix ans comme les autres. Son père travaille comme un bœuf pour faire tourner la petite boucherie familiale.

334351

Sa maman, par peur qu’il soit la risée des autres, le consigne dans sa chambre. Là, fou de cyclisme et d’Eddy Merckx, il pédale comme un acharné sur un vélo suspendu en l’air! Lorsqu’un supermarché ouvre non loin de là et qu’une course de vélo est organisée, dont le vainqueur rencontrera Merckx en personne, c’est toute la vie de la petite famille qui va être bouleversée!

Traitant trop de sujets à la fois, et les imbriquant un peu à la va-comme-je-te-pousse, Allez, Eddy! n’en est pas moins un délicieux film flamand qui agit sur nous comme une douce madeleine de belgitude. C’est le petit garçon en nous, s’imaginant en Cannibale Merckx sur son petit vélo pourri que l’on retrouve.

Comme nos premiers émois, nos années 70, rêveuses, alors qu’à cet âge, on n’imaginait pas l’impact désastreux des grandes surfaces sur les commerces de proximité. Film imparfait à bien des égards, Allez, Eddy! est sauvé par son réalisme poétique à la belge, qui résonne en nous comme un heureux écho d’enfance.

Voir les salles où ce film est à l'affiche

Allez, Eddy!
Réalisé par Gert Embrechts (2012). Avec Peter Van den Begin, Barbara Sarafian, Jelte Blommaert – 97’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité