Alain Souchon et Laurent Voulzy: « Si on s’aime, c’est parce que nous sommes différents »

Quarante ans après leur première rencontre, les deux plus grands rêveurs de la chanson française partagent enfin le bonheur d'un album commun et d'une tournée juke-box.

1225877

Alain Souchon, septante ans, et Laurent Voulzy, qui fêtera ses soixante-cinq ans ce 18 décembre, sont installés dans le fond du restaurant d'un hôtel cosy de l'avenue Louise.  Eclats de rire, tutoiement de mise avec le journaliste, refrains chantés à deux, "et rien que pour nous", pour conclure l'une ou l'autre réponse et attitude de polissons devant la clientèle féminine. Ces deux adultes sont restés de vrais gamins et s'amusent comme des fous. "C'est l'heure de la récré,lâche Voulzy. On a dû bosser comme des fous pour remettre ce disque dans les délais et maintenant on peut se lâcher."

Alain se lève pour taper sur la vitre donnant sur la terrasse pour "gronder" sa maquilleuse qui "fume déjà de grand matin, et c'est pas bien". Laurent ne peut s'empêcher, comme à son habitude, de prendre des photos souvenirs de notre rencontre en nous promettant de nous les envoyer (et sur ce coup-là, il ne tient jamais sa promesse). Ils se lancent des compliments l'un à l'autre, lâchent des vannes et restent toujours profondément humbles quand il s'agit de parler de leur propre personne. En quarante ans de collaboration, le binôme Souchon-Voulzy a créé un sacré paquet de chansons populaires intemporelles. De J'ai dix ans à Popopo, en passant par Rockcollection, La ballade de Jim, Bidon ou encore Belle-Île-en-Mer, Marie-Galante, vous les connaissez toutes. Mais cette fois, c'est avec un album commun qu'ils reviennent. Sobrement intitulé "Alain Souchon et Laurent Voulzy", ce disque ne scelle pas seulement une longue amitié. Il leur permet, expliquent-ils, de découvrir de nouveaux plaisirs et des terrains de jeu inédits. Des vrais gamins qu'on vous dit…

Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez enfin tenu cet album commun dans vos mains?

Alain Souchon – J'ai pensé: "L'album est terminé, l'aventure peut enfin commencer. La vraie aventure". Le travail de création et d'enregistrement avec Laurent, je connaissais déjà. Mais là, depuis que le disque est fini, on découvre. La promotion? Je fais ça seul d'habitude. La scène? J'interprète des chansons que je choisis dans mon répertoire, je propose un spectacle, des arrangements et des lumières qui correspondent à mes seules envies. Ici, nous répondons ensemble aux questions des journalistes. On doit mêler nos analyses, nos attentes et nos différences. Et je trouve ça plutôt grisant. Laurent a trouvé une belle formule pour cet album. Il parle d'un troisième chanteur. Ce n'est ni un disque de Voulzy, ni un disque de Souchon, c'est autre chose.

Laurent Voulzy – Je ressens, pour ma part, un énorme soulagement. Au niveau du timing, ce disque est comme tous les autres que j'ai enregistrés. Je me suis fixé un délai que je croyais raisonnable et je l'ai rendu à la date fixée, mais le nez dans le guidon. Comme j'étais sous pression, je n'ai pensé à rien d'autre ces dernières semaines. Aujourd'hui, je peux enfin profiter. Me retrouver en promo avec Alain, penser aux concerts, rencontrer les médias, tout ça c'est du plaisir.

La suite de l'interview dans le Moustique du 19 novembre 2014

Le 20/6/2015 à Forest National, Bruxelles.

Le 13/11/2015 au Forum, Liège.

VIVEMENT DIMANCHE SPECIAL VOULZY-SOUCHON

DIMANCHE 23 FRANCE 2 14H10

 

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité