Alabama Shakes – Sound & Color

1365461

Trois rednecks et une diva black signent le disque roots de l’année.

En 2012, trois péquenauds débarquaient d’un bled d’Alabama en compagnie d’une imposante diva. Cartographie de sa ville tatouée sur le triceps, cheveux en brosse et dégaine de championne du monde de bras de fer, Brittany Howard est ce qu’on appelle une chanteuse charismatique. Sur le premier album d’Alabama Shakes ("Boys & Girls", 2012), elle joue des coudes pour se faire une place dans l’histoire, quelque part entre Janis Joplin et Tina Turner. Musicalement, son groupe assure les arrières en recyclant les mythes Stax et Motown sur des riffs incendiaires.

Catalogué au rayon rock garage et soul vintage, Alabama Shakes s’offre aujourd’hui "Sound & Color",  deuxième disque aussi ambitieux qu’aventureux. "Quand on a commencé, on jouait dans des bars, raconte Brittany Howard. Quelques mois plus tard, on se produisait dans des festivals devant 50.000 personnes. Ce début de carrière a boosté notre créativité. Le son du nouveau disque est différent. Mais, après trois ans, comment pouvait-il en être autrement?" Loin de se répéter, Alabama Shakes force le destin avec un esprit de conquête hors du commun. En pleine perquisition dans les annales de la musique afro-américaine, le quatuor met la main sur les idées avant-gardistes de Prince, Curtis Mayfield, Funkadelic ou Erykah Badu pour délivrer de grandes chansons: des tubes chauffés au funk futuriste (Future People) ou à la nu-soul (Gemini).

Bien meilleur que son prédécesseur, "Sound & Color" met encore à l’honneur le coffre magistral d’une chanteuse au timbre paranormal. Brittany Howard a deux petits yeux de taupe, mais la nature l’a dotée d’une voix de lionne. Dès que ses cordes vocales passent à l’action, on dirait qu’elle rugit. Une façon comme une autre de marquer son territoire. "Depuis que j’ai trois ans, je chante. J’ai fait mes classes dans les chorales, à l’église, et dans des groupes de reprises. Grâce à ces expériences, je me sens désormais capable de m’adapter à tous les styles. Pendant l’enregistrement de "Sound & Color", j’ai exploré d’autres façons de chanter. Cela explique en partie la métamorphose d’Alabama Shakes. Partant de là, je pense que l’identité du projet sera encore amenée à évoluer." L’avenir reste donc incertain. Mais qu’importe. Pour l’heure, le présent est super-excitant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité