Adieu Berthe. L’enterrement de mémé

Les frères Podalydès et Valérie Lemercier nous régalent dans une comédie décapante sur l'amour et la mort. Coup de cœur.

405724

Les films des frères Podalydès (ils coécrivent mais c'est Bruno qui réalise) sont un peu comme les grands crus. On les attend en espérant que cette année sera la bonne.

Après les excellents Versailles Rive-Gauche ou Dieu seul me voit qui traquaient les fêlures des amours contemporaines, qu'attendre de cet étrange titre et pitch d'Adieu Berthe? On retrouve le fabuleux Denis, qu'on avait adoré en président dans La conquête, dans le rôle d'un pharmacien coincé qui voit sa vie bouleversée par la mort de sa mémé dont il doit organiser l'enterrement.

Incapable de choisir entre sa femme et sa maîtresse (la géniale Valérie Lemercier qui l'inonde de textos (dé)culotés), cet homme discret qui se rêve magicien va devoir remettre en question sa vie et ses désirs. Et trouver sa route.

Très stimulant intellectuellement, jamais lourd dans la forme, Adieu Berthe renouvelle la comédie à la française et réinterroge merveilleusement les nouveaux codes amoureux, à l'heure des ruptures à répétition, de la communication tous azimuts et du modèle marital persistant dans la culpabilité. Comment réinventer le couple?

Les Podalydès parlent d'amour mais en profitent aussi pour se moquer de la mort, si souvent taboue dans notre société. Avec intelligence et drôlerie, leur film épingle la pudibonderie du vocabulaire commercial macabre (inhumation ou crémation? Cercueil biplace ou haut de gamme?…) et font place à une vraie réflexion sur le temps et l'amour qui passent. Si l'on a su vivre sa vie, la vieillesse n'est plus un naufrage, parce que "quand on a tout vécu, on n'a qu'à se souvenir, 'y a qu'à regarder les autres". Beau.

Des dialogues légers et intelligents, portés par des acteurs d'une grande finesse et par une émouvante imagination visuelle. Comme ce dialogue rêvé avec la grand-mère disparue qui emporte avec elle les illusions amoureuses, ou cette image du magicien qui parvient à se défaire des liens (réels et symboliques) de sa vie, pour réinventer l'amour face à une mère qui se redécouvre femme (Isabelle Candelier, magnifique).

On a les larmes aux yeux, et on rit en même temps. Véritable déclaration d'amour aux femmes, au cinéma et à la vie, Adieu Berthe, présenté au dernier festival de Cannes, est LA comédie de l'été. Une pure réjouissance, un parfum de bonheur.

Bande-annonce Adieu Berthe. L'enterrement de Mémé

Voir les salles où ce film est à l'affiche

Adieu Berthe. L'enterrement de mémé

Réalisé par Bruno Podalydès (2012). Avec Denis et Bruno Podalydès, Valérie Lemercier, Isabelle Candelier – 100'.

Sur le même sujet
Plus d'actualité