A$ap Rocky: Long Live A$ap

Des débuts prometteurs pour le nouveau prince du hip-hop.

729233

Onze juin 2012. Avant de balancer une dernière salve de beats syncopés à l’Ancienne Belgique, A$sap Rocky salue le public belge. "C’est complètement dingue, vous êtes l’audience la plus hot que j’aie eue depuis le début de ma tournée européenne."  

Filmée par un smartphone hésitant, la séquence a fait le tour du monde grâce aux réseaux sociaux. Et nous, on pourra dire qu’on y a assisté en direct. "Complètement dingue"?

En effet. Les – jeunes – spectateurs qui garnissaient la vénérable salle bruxelloise connaissaient les paroles de toutes les chansons du rappeur de Harlem alors qu’il n’avait pas encore le moindre full album studio à son actif, et accueillaient chacune de ses interventions comme s’il s’agissait du nouvel évangile de la pop culture.

Sept mois plus tard, A$ap Rocky publie enfin "Long Live A$ap", premier disque officiel en forme d’uppercut qui peut déjà être considéré comme l’un des enregistrements majeurs de 2013. C’est qu’avec son pote Kendrick Lamar (présent sur l’énorme Fucking Problems),cet artiste de vingt-quatre ans incarne le renouveau du hip-hop.

Brut, direct, inventif tout en restant respectueux de ses modèles old-school (Wu-Tang Clan, Run DMC), Rakim Meyers se distingue de la concurrence par la précision chirurgicale de son flow et le minimalisme qu’il s’impose dans les arrangements. Il lui suffit d’un thème et de quelques mots pour planter le décor. Goldie, Wild For The Night (avec l’aide du DJ/producteur Skrillex), Fashion Killa, Pain, Hell

Avec lui, on sait tout de suite de quoi on parle. Sans trop tirer sur la corde d’une enfance  borderline (un père emprisonné pour affaires de drogue, un frangin assassiné dans une rixe entre gangs rivaux), A$ap développe ici des petits scénarios parfaitement ciselés et sans la moindre esbroufe. Le disque hip-hop à écouter en priorité.

A$ap Rocky
Long Live A$ap
Arista

Sur le même sujet
Plus d'actualité