20 ans de Nevermind: ce que Moustique en disait à l’époque

Dans le Télé Moustique du 24 octobre 1991, Bernard Dobbeleer chroniquait l'album "Nevermind" de Nirvana.

63792

A l'heure où les Pixies rendent hommage aux Brittons (Jesus & Marychain) et où Dinosaur Jr calme le jeu, Nirvana se place en digne héritier de l'école hard core US. Avec ceci en plus: Nirvana possède un don incroyable pour proposer des riffs héroïques et surtout des mélodies dignes de ce nom.

Le trio de Seattle a non seulement trouvé l'alchimie parfaite, il a aussi sorti avec cet album un des futurs grands classiques des années 90. On pourrait bien sûr disséquer leurs influences, de Hüsker Dü aux Who, de Sonic Youth à Nick Drake, mais il suffit d'entendre leur incroyable single Smells Like Teen Spirit pour comprendre qu'ils écrivent des hymnes pour leur génération.

Avec cette chanson, ils ont écrit leur My Generation, leur I Wanna Be Your Dog, leur Kick Out The Jams, leur Gigantic, leur Been Caught Stealin'…

A l'aise aussi bien dans les ballades (pas de slows crapuleux, de vraies chansons) que dans les envolées bruitistes, Nirvana ne manque ni de nuances ni d'énergie… Avec les Pixies et Jane's Addiction (trop tôt disparus…), Nirvana est la tête de pont du rock US d'aujourd'hui. De quoi renvoyer Axl Rose à des fêtes de patronage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité