13 assassins

"Un film violent qui intensifie notre expérience de la violence est très différent d’un film dans lequel la violence est purement formelle", écrit la critique de cinéma Pauline Kael dans ses Chroniques américaines.

39563

C’est très exactement notre pensée à la vision de ce récit de 13 samouraïs engagés pour tuer un despote cruel et sanguinaire. Car si Takashi Miike ne lésine effectivement devant rien pour nous montrer crûment le spectacle de la violence, ce film de chanbara (film de sabre japonais) développe l’air de rien une réflexion piquante.

Tuer n’est vraiment pas jouer, nous dit Miike à travers cette première partie classique, mais très excitante, du recrutement des tueurs, qui fait penser aux 7 samouraïs de Kurosawa. Peu importe que nous ne comprenions pas toute la nébuleuse politique de l’histoire. Le prolifique cinéaste (70 films en 20 ans, dont le délicieusement pervers Audition) nous tient tranquillement dans sa paume jusqu’à une bataille finale éblouissante de 45 minutes, 13 hommes vont tenir tête à 200, sabre au clair, dans un village piégé. Une leçon magistrale de mise en scène, un spectacle total, divertissant et intelligent. Un must! – T.V.W.

13 assassins
Réalisé par Takashi Miike (2010). Avec Koji Yakusho, Takayuki Yamada, Yusuke Iseya – 126'.

<iframe allowfullscreen= » » frameborder= »0″ height= »272″ src= »http://www.youtube.com/embed/NgPC74-Tde8″ width= »425″></iframe>

Sur le même sujet
Plus d'actualité