12 films indispensables à avoir dans sa dévédéthèque

Étant un étudiant friand de (bons) films, je vous propose ici un classement totalement subjectif et personnel de films qui devraient trainer dans votre « DVDthèque ». Toutes les notes ont été attribuées par IMDb (base de données cinématographiques sur Internet).

653459

Fight Club (1999)

8,9 – Edward Norton joue à merveille le rôle de l’homme monotone en quête d’action. Ce jeune trentenaire cherche à s’échapper de son existence banale. Pour cela, il peut compter sur Brad Pitt, cet intrigant vendeur de savon. Tous deux, ils créent des « Fight Club » clandestins dans le but de sortir de leurs vies moroses. Pour beaucoup, ces combats illégaux sont des échappatoires ; les hommes peuvent être ce que la société leur interdit d’être.

The Usual Suspects (1995)

8,7 – Comme têtes connues, on y retrouve Chazz Palminteri, Gabriel Byrne, Benicio del Toro et Kevin Spacey. Ces trois derniers sont retenus dans une salle d’interrogatoire. Tous tentent de convaincre les enquêteurs d’un mystérieux criminel. Tout laisse à penser que les malfaiteurs retenus sont les victimes d’une machination diabolique conçue pour leur faire porter la responsabilité d’un hold-up de plusieurs millions de dollars et l’explosion meurtrière d’un bateau. Ce véritable chef-d’œuvre du film noir prend littéralement le public en otage.

Pulp Fiction (1994)

9,0 – Los Angeles, gangsters, nanas et coke. Pulp Fiction décrit l'odyssée sanglante et burlesque de petits malfrats où s'entrecroisent plusieurs histoires ayant pour principaux protagonistes des membres de la pègre et se distingue par ses dialogues stylisés, son mélange de violence et d'humour et ses nombreuses références à la culture populaire. Sont présents : Samuel L. Jackson, Bruce Willis, Uma Thurman et John Travolta, dont la carrière a été relancée par ce film. Énormément de scènes cultes sont tirées de ce long métrage.

Taxi Driver (1976)

8,5 – Robert de Niro interprète brillamment la lente détérioration mentale d’un homme, que la solitude et le désespoir poussent à la violence. Instable mentalement, il travaille en tant que conducteur de taxi dans les rues de New-York. La décadence et la débauche qu’il y trouve nourrissent la haine de ce vétéran de la guerre du Vietnam. On y retrouve une bonne prestation de Jodie Foster, qui n’avait alors que 14 ans. L’une des scènes les plus cultes du 7e art se retrouve dans ce film, avec la réplique de de Niro « You’re talking to me ? » devenue légendaire. Soulignons que  Martin Scorsese lui avait juste demandé de parler au miroir. C’est donc l’improvisation la plus connue du cinéma.

 La Haine (1995)

8,1 – Trois potes d'une banlieue ordinaire traînent leur ennui et leur jeunesse qui se perd. Ils vont vivre la journée la plus importante de leur vie après une nuit d'émeutes provoquée par le passage à tabac d’un ami par la police. Vincent Cassel y joue un de ses meilleurs rôles en tant que Vinz, qui promet qu’il « butera un flic » si Abdel meurt. C’est dans ce film que l’on retrouve la scène culte de Vinz lorsqu’il imite de Niro devant son miroir.

Trainspotting (1996)

8,2 – Ewan McGregor interprète le rôle de Mark Renton, un junkie qui va tenter de se séparer de sa bande de copains, losers, menteurs, psychopathes et voleurs. Ce film nous propose de suivre les aventures tragi-comiques de ces drogués. Au-delà de l'addiction à la drogue, le film explore les conditions de vie sordides de la jeune génération dans une Écosse en pleine dépression économique. Ewan McGregor peut remercier ce rôle principal, car c’est certainement grâce à ce film que sa carrière a débuté.

C’est arrivé près de chez vous (1992)

7,5 – Une équipe de télévision se lance sur les pas de Ben (Poelvoorde), un tueur sanguinaire qui assassine pour son compte en banque. Petits meurtres crapuleux, flinguage familial, corps immergés… Tout y passe ! Ce film se veut une parodie cynique de la célèbre émission Strip-tease, en usant abondamment d’un humour très noir, choquant par sa violence, mais contrebalancé par un ton exagérément sérieux rendant le tout burlesque. À noter que la première version était à l'origine un film de fin d'études.

Inglourious Basterds (2009)

8,3 – Dans la France occupée par les nazis s’entremêlent deux histoires. La vengeance d'une jeune juive (Mélanie Laurent) dont la famille a été assassinée par les nazis et les « Bâtards », un commando de juifs américains dirigé par l'implacable lieutenant Aldo Raine (Brad Pitt) qui entre en jeu. Casting de rêve : Mélanie Laurent, Christoph Waltz, Eli Roth, Michael Fassbender, Diane Kruger, Brad Pitt et même une apparition de Mike Myers, le tout sous la narration de Samuel L. Jackson. Soulignons la performance de Brad Pitt, qui durant tout le film parle avec un fort accent et une mâchoire inférieure plus qu’avancée. Notons également que Tarantino a mis plus de dix ans à terminer le scénario.

The Big Lebowski (1998)

8,3 – Jeff Bridges incarne le rôle de Jeffrey Lebowski – prénommé le Duc – un paresseux qui passe son temps à boire des Russes Blancs avec son pote Walter (John Goodman) et à jouer au bowling. Un jour deux malfrats le passent à tabac. Il semblerait qu'un certain Jackie Treehorn veuille récupérer une somme d'argent que lui doit la femme de Jeffrey. Seulement Lebowski n'est pas marié. C'est une méprise, le Lebowski recherché est un millionnaire de Pasadena. Le Duc part alors en quête d'un dédommagement auprès de son richissime homonyme. Ce film est une comédie pastichant le film noir, dans lequel on retrouve un certain Steve Buscemi.

The Shining (1980)

8,5 – Ce film est une adaptation d’un roman de Stephen King. Ce dernier l’a rédigé après avoir séjourné à l'hôtel Stanley, presque vide au cours de la nuit avant sa fermeture pour une période prolongée. Cet hôtel néo-classique inauguré en 1909 a la réputation d'être le lieu de phénomènes étranges, rapportés par de nombreux employés et clients de l'hôtel au fil des années. Stephen King aurait lui-même vécu ce soir-là une expérience troublante. The Shining est un film d'horreur britannico-américain réalisé par Stanley Kubrick, avec en tête d’affiche un Jack Nicholson des plus terrorisant. Il est aujourd'hui considéré comme un classique du cinéma d'horreur.

Snatch (2000)

8,3 – Ce film entremêle deux intrigues différentes. L'une autour d'un diamant volé (par Benicio del Toro) que différentes personnes cherchent à récupérer et l'autre autour d'un petit organisateur de combats de boxe à mains nues (Jason Statham), qui a des problèmes avec un caïd de la pègre londonienne. Brad Pitt y joue (à merveille) le rôle d’un boxeur gitan qui parle avec un accent presque indéchiffrable. La distribution se compose d’une pléthore d’acteurs aussi bons les uns que les autres. Guy Richie signe là son deuxième long métrage, synonyme pour lui de deuxième succès.

Good Will Hunting (1997)

8,2 – Will Hunting (Matt Damon) est un jeune issu des quartiers pauvres qui se révèle être un prodige des mathématiques. Sa vie bascule le jour où il se fait repérer par un professeur de mathématiques. Le professeur Gerard Lambeau le présente à un de ses amis le thérapeute Sean Maguire (le génialissime Robin Williams). Ce film a été un très grand succès commercial et critique et a élevé Matt Damon et Ben Affleck au statut de stars (bien que je ne comprendrai jamais le succès d’Affleck).

Rendons à César ce qui appartient à César : Quentin Tarantino est le meilleur réalisateur de cette sélection avec deux films dans ce classement (Pulp Fiction & Inglourious Basterds) alors que Brad Pitt est quant à lui présent dans trois films (Fight Club, Inglourious Basterds & Snatch). Rappelons, une fois de plus, que ce classement est totalement subjectif et personnel (et non-exhaustif, évidemment).

Pour les amateurs de films cultes, voici les 250 meilleurs films (selon IMBd) compilés en 2’30’’.  Accrochez-vous !

https://twitter.com/RimeVamme

Sur le même sujet
Plus d'actualité