?> Covid: l’Espagne et la Hongrie autorisent la 4e dose de vaccin
Search Menu

Covid: l’Espagne et la Hongrie autorisent la 4e dose de vaccin

Ces deux pays suivent l'exemple du Danemark qui donnera la quatrième dose aux plus vulnérables. La Hongrie va même encore plus loin.

Vaccination anti-Covid à Budapest

Vaccination contre le Covid-19 dans un hôpital de Budapest, le 23 novembre 2021 @BelgaImage

L’Espagne a donné son feu vert à une quatrième dose de vaccin anti-Covid à certaines personnes très vulnérables comme celles qui sont immunodéprimées, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires, en pleine vague du variant Omicron. En Hongrie, le gouvernement a lui aussi décidé d’offrir une quatrième de dose à sa population pour tenter d’endiguer la forte hausse du nombre des contaminations.

Compagne de rappel accélérée en Espagne

En Espagne, les personnes concernées sont certains malades du cancer, les personnes transplantées, en dialyse ou celles recevant un traitement immunosuppresseur, a indiqué le ministère de la Santé en précisant que cette dose de rappel interviendrait cinq mois après leur troisième dose. Pour la population générale, la troisième dose de vaccin va quant à elle être désormais accessible à partir de 18 ans et non de 40 ans comme c’est le cas actuellement, et ce rappel pourra en outre intervenir cinq mois après la dernière dose, et non six mois comme auparavant.

Avec 90,5% de sa population de plus de 12 ans entièrement vaccinée, l’Espagne est l’un des champions de la vaccination dans le monde. Au total, 38,5% des enfants d’entre 5 et 11 ans ont également reçu au moins une dose de vaccin. Le pays a enregistré 7,7 millions de cas et 90.508 morts depuis le début de la pandémie en mars 2020.

Viktor Orban critiqué pour sa gestion de crise

Côté hongrois, cette décision survient en plein raz-de-marée de ce nouveau variant qui pourrait toucher plus de la moitié des Européens d’ici à deux mois, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Danemark avait pris une mesure similaire mercredi à l’intention des plus vulnérables, évoquant "un nouveau chapitre" de la pandémie. Tous ceux qui le souhaitent "vont pouvoir recevoir une quatrième injection après avis médical", a annoncé à la presse Gergely Gulyas, le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban. "Le décret (à ce sujet) sera publié cette semaine", a-t-il précisé.

La Hongrie, dont environ 60% des 9,8 millions d’habitants ont reçu au moins deux doses, a enregistré jeudi plus de 9.200 nouveaux cas, contre 7.900 la veille, selon les statistiques officielles. Ce pays a été durement touché par le Covid-19 avec plus de 40.000 morts depuis le début de la pandémie, soit l’un des taux de mortalité les plus élevés du monde.

M. Orban a été critiqué pour avoir mis fin à la plupart des restrictions au printemps, sans revoir sa politique malgré la dégradation de la situation sanitaire. Parmi les rares mesures contraignantes, le port du masque est obligatoire dans les transports publics et les lieux fermés, mais peu respecté. Ailleurs sur la planète, Israël et le Chili ont déjà commencé à offrir une quatrième dose à certaines catégories de leur population.