La Belgique veut mettre fin aux féminicides

Un plan national de lutte contre les violences de genre de 200 mesures a été approuvé ce vendredi matin.

La Belgique veut mettre fin aux féminicides
Sarah Schlitz. (@Belga Image)

Le Plan d’Action National de lutte contre les violences de genre (PAN) 2021-2025 a été adopté par tous les gouvernements de Belgique, annonce le cabinet de la Secrétaire d’Etat Sarah Schlitz dans un communiqué.

Avec plus de 200 mesures, dont la mise en œuvre concerne 17 ministres et 23 administrations, ce plan fédère tous les gouvernements du pays dans un seul et même objectif : renforcer la lutte contre les violences de genre, avec des mesures de prévention, de protection et de poursuite qui permettront de faire reculer le nombre de victimes ", peut-on lire dans le communiqué.

Les mouvements #MeToo ou en encore #BalanceTonPorc ont donné une visibilité inédite aux mouvements de lutte contre les violences de genre.

Je suis particulièrement heureuse de l’adoption de ce Plan d’Action, dont j’ai piloté la réalisation durant un an. Il est grand temps de mettre fin à la banalisation des violences présentes dans notre société ", souligne Sarah Schlitz.

Avec ce plan, la Belgique se place résolument en pionnière dans la lutte contre toutes les formes de violences. Pour la première fois, nous avons travaillé avec la société civile, dès le départ, et elle continuera d’être associée à la mise en œuvre et à l’évaluation de ce plan. Nous allons désormais compter officiellement les féminicides et étudier plus en détails ce phénomène, pour atteindre l’objectif Zéro Féminicide ", ajoute la secrétaire d’Etat.

Le fait qu’autant d’acteurs se fédèrent aujourd’hui autour d’un Plan d’Action National et optent pour des mesures concrètes doit être vu comme un signal fort (…). Aussi pour les victimes. Pour qu’ils ou elles sachent que des solutions et mesures existent pour les accompagner et les aider ", a pour sa part déclaré le Premier ministre Alexander de Croo.

Nous sommes confrontés aujourd’hui à des chiffres hallucinants en matière de violences liées au genre ; que ce soit dans la vie de tous les jours ou en ligne. (…) ", poursuit-il. " Nous ne pouvons pas accepter qu’il s’agisse d’une réalité pour une si grande partie de la société. Nous ne pouvons pas fermer les yeux : il n’y a aucune place pour ce type d’agissements dans notre vivre ensemble. "

Depuis 2001, la lutte contre les violences basées sur le genre a fait l’objet de cinq plans d’action nationaux importants en Belgique. L’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes (IEFH) assure la coordination de la mise en œuvre du plan 2021-2025.

Sur le même sujet
Plus d'actualité