Arlette Vincent décédée: les personnalités de la RTBF lui rendent hommage

Sa mort a provoqué un grand émoi dans les couloirs de la télévision publique et au-delà.

Arlette Vincent décédée: les personnalités de la RTBF lui rendent hommage
Arlette Vincent et Edgard Kesteloot, présentateurs du « Jardin extraordinaire » @BelgaImage

Ce jeudi soir, la nouvelle tombait: l’animatrice Arlette Vincent est décédée à l’âge de 89 ans. Elle était entrée en tant que speakerine en 1954 à la télévision publique, qui s’appelait encore l’INR (Institut national de radiodiffusion). Elle y restera presque 40 ans, participant à des émissions comme «Contraste», «Magazine F», «La preuve par quatre», «Cinéscope» et enfin, le symbole de sa carrière, le «Jardin extraordinaire», qu’elle animera dès 1965. Elle a gardé les rennes de ce dernier programme jusqu’à ce qu’elle parte à la retraite, en 1991. Depuis hier, plusieurs représentants phares de la RTBF se sont souvenus de cette longue carrière au sein de la société et ont salué sa mémoire.

Tanguy Dumortier: «On espère poursuivre son héritage»

L’hommage le plus représentatif vient du sommet de la RTBF, celui de Jean-Paul Philippot, son administrateur général. «Arlette Vincent est certainement une des personnalités les plus populaires de la RTBF, dans le sens noble du terme», confie-t-il. «L’annonce de son décès ravive les souvenirs de moments partagés en famille, devant le petit écran, à la découverte émerveillée du monde animalier et de la nature. Elle laisse dans son sillage l’empreinte de son savoir-faire, de sa courtoisie. Au nom de la RTBF, je souhaite ce soir lui témoigner notre gratitude».

Ce jeudi, la télévision publique a d’ailleurs modifié son programme en dernière minute pour l’occasion. La Une a ainsi diffusé le documentaire réalisé en 2015 pour les 50 ans du «Jardin Extraordinaire» à la place de «Doc Shot». L’actuel présentateur de l’émission, Tanguy Dumortier, a lui aussi rendu hommage à sa prédécesseure à cette occasion. «On espère poursuivre son héritage dans les années à venir avec le même enthousiasme afin de partager la connaissance et la beauté de la nature. C’est ça qu’elle a initié en 1965», déclare-t-il.

Une «tristesse profonde» et le souvenir d’une époque

Sur Twitter, plusieurs autres personnalités de la RTBF ont pris la parole après l’annonce du décès d’Arlette Vincent. C’est le cas de Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l’information et des sports de la télévision publique, qui s’est exprimé pour «vous dire notre tristesse profonde», tout en présentant ses condoléances à la famille. Même sentiment de deuil pour Marie-Paule Lemmens, la responsable des publications de la RTBF sur internet. «Un peu de mon enfance vient de s’en aller», écrit-elle. «Une page, non, un chapitre de ma jeunesse qui tire sa référence. Que de souvenirs!», ajoute Philippe Lamair, réalisateur et ancien journaliste de la RTBF.

Plusieurs journalistes ont également pris la parole, comme le directeur général de la chaîne BX1, Marc de Haan, qui regrette une époque révolue. «Quand j’étais ptit, on regardait Arlette Vincent sans lutter avec un décodeur android qui plante, sans se perdre dans un menu qui veut décider ce qu’on doit regarder, sur une télé non connectée, qui durait 35 ans sans panne. Une télé où il y avait un jardin extra et pas d’Hanouna», se désole-t-il.

Enfin, autre ancienne figure importante de la RTBF, l’écrivain Jacques Mercier a lui aussi rendu hommage à l’animatrice. «Une pensée douce pour la sublime Arlette Vincent. Ici découvrant des pigeonneaux nés dans le sas de la fenêtre de mon studio de radio! On les avait baptisés: Edgar et Arlette! Quel souvenir heureux!», se remémore-t-il.

Sur le même sujet
Plus d'actualité