Bye Bye la démocratie?

Dans le cadre de la semaine de la démocratie, la RTBF propose une programmation spéciale, dont un spécial Q/R: le débat.

Bye Bye la démocratie?
Diffusion le 6 octobre à 20h20 sur La Une

En pleine semaine de la démocratie sur les médias, la RTBF diffuse une émission spéciale Q/R, le débat, présentée par Sacha Daout. Il entend laisser la parole aux citoyens qui proposent des solutions pour sauver la démocratie. Rencontre.

Quel est le point de départ de cette émission?
Sacha Daout. – C’est le constat que le fossé ne cesse de se creuser entre le citoyen et le monde politique. Ça traduit une vraie crise démocratie: la manière dont certaines décisions se prennent au niveau politique donne l’impression que le citoyen n’est pas écouté. Cela suscite la montée des extrêmes. Ce débat citoyen dans QR sera diffusé en prime time et organisé en extérieur.

C’est-à-dire?
On va s’installer au milieu de la foule, là où les gens sont le soir. Au bar, au restaurant, devant la télévision… On ira à la rencontre de ceux qui ont quelque chose à dire. On se doute du contenu des premières réactions: “On ne se sent pas écouté”, “On ne comprend pas les institutions”, etc. Maintenant, il ne faudra pas vomir sur tout ce qui bouge, mais venir avec des solutions. Derrière, on pourra discuter de tout: des salaires des femmes et des hommes politiques, des programmes des partis…

Comment cela va-t-il se dérouler concrètement?
Tout d’abord, on va ouvrir des espaces de discussions sur les réseaux sociaux pour demander aux gens d’évoquer ce qu’ils reprochent actuellement au politique. On va se baser sur les avis constructifs pour approfondir différentes thématiques lors de l’émission du 6 octobre. On veut laisser la possibilité aux gens d’apporter telle ou telle solution pour remédier à un problème. Le politique devra se mouiller et répondre à ces remarques.

Les politiciens sont-ils prêts?
On va essayer d’éviter les discours mille fois entendus des politiciens qui demandent aux citoyens de venir aux conseils communaux ou de s’impliquer dans des groupes citoyens. Ils doivent se rendre compte que si le citoyen ne vient pas à ce genre de rendez-vous, c’est qu’il ne se sent pas écouté. Il n’est pas désintéressé, mais désabusé. Ce mercredi, on veut apporter des critiques, des solutions et des engagements clairs pour préserver la démocratie

Sur le même sujet
Plus d'actualité