Un quart des Belges veut la fin de la démocratie

Parmi les autres chiffres présents dans un sondage RTBF, il s’avère que plus d’une personne sur quatre considère que la Belgique tend déjà vers la dictature.

Un quart des Belges veut la fin de la démocratie
@BelgaImage

24%: c’est le pourcentage de Belges qui estime que notre système démocratique parlementaire «doit être supprimé et remplacé par un autre système». C’est la conclusion frappante qu’a faite la RTBF dans le cadre d’un sondage publié ce lundi à l’occasion de de l’opération «Bye-Bye, la démocratie?». Loin de s’arrêter à cette seule constatation, la télévision publique a approfondi l’analyse pour comprendre le point de vue de la population sur l’état de notre démocratie. Mais la suite n’est pas forcément plus réjouissante.

Les Wallons, les ouvriers et les moins diplômés plus opposés à la démocratie

Dans le détail, seuls 19,3% des Belges estiment que notre système démocratique «fonctionne généralement bien tel qu’il est», selon le sondage réalisé par l’institut Kantar. Outre les 24% qui adoptent la position inverse, les 56,7% restants pèsent plus le pour et le contre et affirment que la démocratie belge «fonctionne mal, mais reste le meilleur système politique».

Si on s’intéresse au profil de ceux qui estiment qu’il faudrait remplacer la démocratie par un autre système, il apparaît que les 45-54 ans sont les plus représentés, à hauteur de 30,7%. Ce pourcentage baisse au fur et à mesure que les sondés sont plus jeunes ou plus âgés. Les Wallons sont plus nombreux à adopter cette position (26,3%), contrairement aux Bruxellois (19,7%). Quant au critère socio-économique, les ouvriers sont les plus opposés à la démocratie (27,6%) ainsi que ceux qui n’ont pas fait d’études supérieures (environ 28,5%).

Pour le reste, le sondage montre que les hommes ont tendance à être légèrement plus optimistes sur l’efficacité de la démocratie que les femmes. Les pensionnés, les 18-24 ans et les diplômés du supérieur se distinguent aussi en étant plus de 60% à affirmer que la démocratie va mal, sans pour autant la rejeter.

Une Belgique déjà dictatoriale?

La RTBF a aussi voulu savoir comment les sondés considéraient la situation politique actuelle belge. Ils ont pour cela dû donner une note sur une échelle allant de 1 (la dictature) à 10 (la démocratie). Première surprise: là aussi, un quart des Belges considère que la Belgique tend plus vers la dictature que la démocratie (26,1% donnent une note inférieure à 5, et 65,2% une côte supérieure à cette moyenne). Deuxième constat: «plus une personne est convaincue de vivre dans une dictature, plus elle souhaite changer de système», remarque la RTBF. Autrement dit, ce n’est pas forcément une coïncidence s’il y a autant de Belges « anti-démocrates » que de Belges considérant que leur pays ressemble déjà plus à une dictature.

Par contre, si on demande si le pouvoir devrait être concentré aux mains d’un seul leader, les lignes bougent. 37,4% des Belges sont d’accord avec cette assertion (62,6% sont contre). À nouveau, ce sont les Wallons qui adoptent le plus cette position anti-démocratique (43%, contre 32,3% des Bruxellois), ainsi que les ouvriers (47,9%) et ceux qui ont fait le moins d’études. Mais ici, ce sont les 25-34 ans qui sont les plus représentés (46,9%).

Des avis mitigés sur le rôle de l’État

Dernier volet du sondage: l’opinion des Belges sur l’influence du système démocratique dans leur quotidien. Quand il leur est demandé de dire qui prend les décisions avec un impact direct sur leur vie de tous les jours, la première réponse est qu’il s’agit du monde politique (36,9%). Suivent les marchés financiers (21,3%), les médias (13,5%), les personnes les plus riches (12%), la police et l’armée (9,1%), et enfin la religion (7,2%).

Le plus frappant, c’est que 60% des Belges jugent que les politiques «n’ont plus de réelles capacités d’améliorer leur quotidien et qu’ils ne peuvent quasi rien changer». Un pourcentage qui varie en fonction du poste dont il est question. Pour celui de bourgmestre, par exemple, 44,4% des Belges estiment qu’il est le responsable politique qui répond le mieux aux besoins de la population (55,6% des Belges ne sont toutefois pas d’accord avec cela). Quand il est demandé si l’État améliore le niveau de vie grâce à son système de santé, la grande majorité est d’accord (73,2%). Enfin quand les sondés doivent dire s’ils se sentent protégés par le système judiciaire et policier belge, seule une petite majorité répond par l’affirmative (56%).

Sur le même sujet
Plus d'actualité