Turquie: un homme «disparu» participe aux recherches pour se retrouver lui-même

Il a fallu des heures pour que l’équipe de secours se rende compte que la personne qu’elle cherchait se trouvait parmi ses membres.

Turquie: un homme «disparu» participe aux recherches pour se retrouver lui-même
@Capture d’écran Twitter

Ce mardi, Beyhan Mutlu, un Turc de 50 ans, a causé bien des soucis près de la ville d’İnegöl, dans la province de Bursa. Parti boire un coup lors d’une soirée, il a ensuite disparu, purement et simplement. Sa femme et ses amis se sont vite inquiétés et ont alerté les autorités locales. Une équipe de recherche a été mise en place mais ce que cette dernière ne savait pas, c’est que Beyhan Mutlu n’avait pas aussi «disparu» que cela.

Une histoire incroyable qui s’est déjà produite auparavant

Alors que l’équipe allait être déployée sur le terrain, le cinquantenaire apprend un peu par hasard la nouvelle d’une disparition. Ayant un petit coup dans l’aile, il ne se pose pas vraiment de questions et se décide de faire une bonne action, à savoir trouver ce fameux «disparu». Pendant des heures, il participe donc aux efforts de recherche.

Mais au bout d’un moment, il se rend compte que tout le monde est en train de crier son nom. Beyhan Mutlu finit alors par comprendre: le «disparu», c’est lui! «Je suis là», a-t-il alors répondu. Très embêté, il a demandé la clémence des autorités. «Ne me punissez pas trop durement, officier. Mon père va me tuer», aurait-il dit selon les médias locaux. Une déposition a été établie mais il n’est pas clair s’il recevra une amende. Quoi qu’il en soit, il a été ramené chez lui.

Après avoir fait le tour des médias turcs, l’histoire de cet homme s’est répandue comme une traînée de poudre à travers l’Europe: BBC, Bild, RTBF… La VRT ajoute que cela n’est pas la première fois qu’une histoire similaire a lieu. En 2019, en Islande, un groupe de touristes a cherché pendant des heures avec la police une femme asiatique qui manquait à l’appel avant de prendre le bus. Ils ont craint le pire, la région étant volcanique et escarpée. Mais au final, il s’est avéré à 3h du matin que cette personne était en réalité en train de chercher avec eux. La confusion venait du fait qu’elle était retournée au car avant les autres et avait changé ses vêtements. Ses compagnons de route n’ont pas fait attention à ce détail et quand elle a entendu parler d’une femme asiatique d’1,60 m avec des vêtements sombres et parlant très bien l’anglais, elle ne s’est pas reconnue.

Sur le même sujet
Plus d'actualité