Élections françaises: Zemmour provoque l’écroulement de Le Pen dans les sondages

Le polémiste se rapproche de plus en plus d’un second tour face à l’actuel président de la République.

Élections françaises: Zemmour provoque l’écroulement de Le Pen dans les sondages
@BelgaImage

Le dernier sondage d’Harris Interactive (réalisé pour le magazine Challenges sur base de 1.048 personnes) fait très mal à Marine Le Pen. Elle qui semblait assurée d’être au second tour de la présidentielle d’avril-mai 2022, doit aujourd’hui se débattre dans un mouchoir de poche avec trois autres candidats. Un retournement de situation largement dû à la candidature de plus en plus probable d’Éric Zemmour, qui a le vent en poupe.

Du changement à droite

En première position dans les intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2022, on trouve Emmanuel Macron, imperturbable entre 23% et 26% (selon le candidat de la droite). Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national (RN, extrême-droite), arrive toujours deuxième, mais l’écart est désormais énorme avec le président. Elle n’a que 16%, soit 7-10% de moins que lui. Une contre-performance pour celle qui l’a talonné durant tout l’été, voire dépassé en mai-juin dernier.

Elle est désormais clairement menacée par ses poursuivants directs. Le candidat de droite, Xavier Bertrand, arrive ainsi troisième avec 14% (un chiffre qui reste stable), suivi d’extrêmement près par Jean-Luc Mélenchon (LFI, gauche radicale) et par Éric Zemmour, tous deux à 13%. La progression de ce dernier est d’ailleurs frappante. Début septembre, lorsqu’il est apparu dans le sondage, il n’était qu’à 7%. En même pas un mois, il a donc gagné 6%. Manifestement, c’est lui qui a causé la chute de Marine Le Pen. Sa dynamique est tellement forte qu’il n’est pas impossible qu’il continue de s’approcher de la candidate RN. Le débat Zemmour-Mélenchon a probablement boosté ces deux hommes puisque le fondateur de LFI grimpe aussi (+2%, après une très longue période de stabilité).

La primaire écologiste, qui s’est conclut hier sur la victoire de Yannick Jadot (avec 51% des voix), n’a en revanche pas profité à son champion, malgré la visibilité médiatique. Il reste bloqué à 6%, étant même devancé par la candidate socialiste, Anne Hidalgo. Quant à Nicolas Dupont-Aignant (Debout la France, extrême-droite), il a plongé de 4% à 2% suite à l’arrivée probable d’Éric Zemmour dans l’arène politique. Enfin, si Xavier Bertrand devait laisser sa place à Valérie Pécresse (une autre candidate de droite), cette dernière n’aurait que 12% des intentions de vote et se retrouverait derrière Mélenchon et Zemmour.

Au second tour, Emmanuel Macron l’emporterait toujours sur Marine Le Pen (54% contre 46%). Le premier pourrait compter sur un soutien plus important des électeurs de tous les grands partis éliminés au premier tour tandis que la deuxième ne serait soutenue que par les électeurs d’Éric Zemmour (66% de reports de vote, alors que 27% des soutiens de Zemmour préfèreraient l’abstention).

Sur le même sujet
Plus d'actualité