24,2 milliards d’euros dépensés par le Fédéral pour faire face au covid

Les différentes mesures fédérales ont coûté jusqu'ici 24,2 milliards d’euros, dont une majorité pour des dépenses sociales.

24,2 milliards d’euros dépensés par le Fédéral pour faire face au covid
Le Premier ministre Alexander De Croo. – BELGA PHOTO POOL OLIVIER HOSLET

Les différentes mesures prises par le gouvernement fédéral ont coûté jusqu’à présent 24,2 milliards d’euros en 2020 et 2021, ressort-il des comptes présentés mardi par la secrétaire d’État au Budget, Eva De Bleeker, en commission des Finances de la Chambre.

Les dépenses sociales constituent le plus gros des postes, avec 8,6 milliards d’euros l’an passé et 5,9 milliards cette année. La provision Corona mise en place pour financer une série de dépenses générées par la crise représentait 4 milliards d’euros l’an passé et 2,1 milliards cette année. En matière fiscale, les montants s’élevaient respectivement à 1,5 milliard et 1,1 milliard d’euros.

Parmi ces dépenses, le droit passerelle pour les indépendants se taille la part du lion avec 2,3 milliards cette année, suivi par le chômage temporaire avec 1,5 milliard d’euros.

La sortie de la N-VA dérange

La N-VA a réclamé des chiffres plus détaillés. Les nationalistes flamands veulent mieux connaître l’efficacité des aides consenties jusqu’à présent et leur répartition régionale. Le député Sander Loones s’est défendu de tout dessein communautaire derrière cette demande. « On a appréhendé cette crise dans une phase fédérale mais, à partir d’octobre, ce sera fini, il y aura une approche différenciée dans les Régions, une situation qui, économiquement, peut provoquer des différences, par exemple avec l’instauration d’un pass corona à Bruxelles, ou, à l’inverse des mesures plus douces en Flandre. Il faut donc savoir quelle est l’efficacité des mesures et quel est leur coût. Ce n’est pas un jeu communautaire mais une question de politique budgétaire sérieuse », a-t-il expliqué.

La sortie n’a guère plu dans les rangs des partenaires francophones de la majorité. Les chefs de groupe PS, MR et Ecolo, Ahmed Laaouej, Benoît Piedboeuf et Gilles Vanden Burre se sont insurgés. « Derrière ces montants, ce sont des hommes et des femmes qui sont en grande souffrance. Communautariser le débat, c’est une erreur et une souffrance », a souligné l’écologiste. M. Laaouej a quant à lui mis en avant les politique fiscales menées par la N-VA quand elle était au gouvernement et qui ont, selon lui, créé un trou budgétaire pour favoriser les dividendes des entreprises.

Sur le même sujet
Plus d'actualité