Codeco : les experts toujours opposés à la levée du port du masque

Côté flamand, on ne veut plus du port du masque obligatoire. Mais il y a peu de chances que le comité de concertation, vendredi, revienne sur la mesure.

Codeco : les experts toujours opposés à la levée du port du masque
@BELGAIMAGE

 

Au nord du pays, c’est une petite musique qui s’est pas mal fait entendre ces dernières semaines. « Le faible taux de vaccination relevé à Bruxelles ne doit pas empêcher la Flandre de retrouver une vie normale avec la prudence nécessaire » expliquait Bart De Wever début septembre. « Tout le monde a le droit de porter un masque buccal, mais le fait qu’il soit rendu obligatoire pour tous, dans la vie professionnelle et dans les loisirs, est quelque chose que nous devrions pouvoir laisser derrière nous », insistait le leader des nationalistes flamands quelques jours plus tard.

« Si nous ne donnons pas la liberté aux Flamands maintenant alors que la vaccination a atteint 90 % de la population dans le nord du pays, quand allons-nous le faire ? » se demandait en écho le président de l’Open Vld, Egbert Lachaert. « Plus personne ne suit les mesures », abondait Joachim Coens, patron du CD&V.

Même le Premier ministre, Alexander De Croo, s’est fendu ce week-end dans Le Soir, d’une petite phrase sur le port du masque : « Il faut rester prudents dans certains endroits, avec peu de ventilation, dans les transports en commun… Mais il y a plein d’endroits, les entreprises, des lieux publics, où le masque n’est plus vraiment nécessaire. Oui, je suis optimiste ». Et le Premier de renvoyer au prochain comité de concertation, prévu ce vendredi, où « nous franchirons une nouvelle étape », assurait-il.

78% des Flamands vaccinés

L’impatience de la Flandre s’explique principalement par sa position dans le top mondial des régions les plus vaccinées (plus de 90% de la population adulte y est complètement vaccinée, et 78% de la population totale). Dans le même temps, la Wallonie est arrivée à un plafond, et Bruxelles stagne à un niveau beaucoup plus faible (50,52% de la population totale est entièrement vaccinée). Mais tomber le masque n’est toutefois pas encore une option pour le nord du pays. N’en déplaise à Bart De Wever, la Belgique fédérale reste une réalité. Dans le cadre de la crise sanitaire, une entité fédérée a ainsi la latitude d’appliquer des mesures plus strictes que le cadre fixé en Codeco, mais pas d’assouplir plus que ce que le même Comité a décidé.

Dès lors, la Flandre n’a que deux options pour lever l’obligation du port du masque. Primo, sauter sur l’occasion lorsqu’on passera d’une phase fédérale à une phase régionale de gestion de la crise sanitaire. À ce stade, chaque entité deviendra unique décisionnaire, et pourra déployer ou lever différentes mesures (comme le port du masque) à sa guise, sans avoir à consulter les autres partenaires. Le commissariat corona doit présenter dans les prochaines semaines un rapport évaluant les modalités du passage vers une gestion régionale de la crise. D’ici là, le Codeco garde la main.

Une protection « plutôt facile »

Le comité de concertation qui est justement l’alternative restante aux Flamands pour tenter d’assouplir le port du masque en intérieur. Il faudra pour cela convaincre les partenaires bruxellois et wallons du bien-fondé de la mesure. Des partenaires qui auront sans nul doute entendu les avertissements des experts.

Dans un avis rendu public jeudi, le GEMS (groupe d’experts de stratégie de crise pour le Covid) note :  « Le port du masque demeure crucial pour les activités intérieures essentielles où les vaccinés et non vaccinés peuvent se côtoyer (par exemple les transports publics, les épiceries, les boulangeries, les pharmacies, les banques, les entreprises) ». Le rapport recommande donc, « à titre de règle générale, de toujours porter le masque en intérieur dans les endroits où l’on fréquente des gens dont on ne connaît pas le statut de vaccination, immunisation ou test, ainsi que dans les activités extérieures à forte fréquentation ».

De son côté, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit) jugeait jeudi « prématuré[e] » la levée du port du masque. « Je crois aussi qu’en Flandre il y a une circulation importante du virus. Il y a encore des villes où le taux de vaccination est nettement insuffisant, comme Anvers. Je crois que le port du masque reste quand même une protection plutôt facile (contre les contaminations). Dans les transports en commun cela s’impose », a-t-il détaillé au micro de Bel RTL. Si on se base sur les précédents Codeco, où l’intransigeant ministre a souvent eu le dernier mot, on se dit que le masque n’est donc pas encore prêt de tomber complètement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité